Agriculture et Alimentation


Agriculture et alimentation

Le patrimoine agricole du Québec doit être préservé, évidemment de la dégradation environnementale, mais aussi des forces du marché dans un contexte de mondialisation. Nous devons donc faire en sorte de conserver nos petites exploitations agricoles locales, souvent familiales. C'est le meilleur moyen de favoriser la souveraineté, la sécurité et la diversité alimentaires au Québec, ainsi qu'une occupation durable de notre territoire. Le PVQ se positionne donc pour une protection tous azimuts de notre territoire agricole.

Concernant les OGM (organismes génétiquement modifiés), le Parti vert du Québec s'inscrit pour leur interdiction. Il faut comprendre que, même si certaines modifications génétiques sont potentiellement bénéfiques dans certaines circonstances, leur utilisation par des géants transnationaux de l'agroalimentaire tels que Monsanto va à l'encontre de la diversité et de la sécurité alimentaires dans le monde. Nous sommes en faveur de l'application du principe de précaution dans ce domaine. Dans l'intervalle, le PVQ propose l'étiquetage obligatoire des OGM, assorti d'une campagne d'information offrant au public tous les renseignements dont il a besoin afin de faire des choix de consommation éclairés.

En outre, l'agriculture locale et biologique devrait être promue de la même façon, soit par un étiquetage clair et contrôlé et une campagne d'information complète.  Par diverses mesures de promotion, le PVQ propose également de stimuler l’agriculture urbaine et locale, autant pour ses bénéfices nutritionnels qu’environnementaux : de la nourriture fraîche et de qualité, produite localement, nécessite beaucoup moins de ressources que l’importation de denrées alimentaires étrangères, notamment en raison du transport. Cela constitue aussi une mesure de soutien à l’industrie agro-alimentaire québécoise, et s’inscrit dans une volonté d’assurer la souveraineté et la sécurité alimentaires du Québec.

Par exemple, le Parti vert du Québec soutient le développement le réseau des marchés publics et des jardins communautaires partout au Québec, et en particulier dans les secteurs qualifiés de « déserts alimentaires ». Ces institutions permettent aux citoyens d'avoir accès à des aliments frais à meilleur prix, créent des débouchés pour les agriculteurs exploitant des entreprises de plus petite taille, etc. Les écoles pourraient être mises à contribution pour réaliser ces partenariats.

Vous aimez? Dites-le!

Affiche 2 réactions

followed this page 2015-06-21 15:07:26 -0400
published this page in Environnement 2014-02-15 20:55:04 -0500
Parti vert du Québec