Droits des minorités

Depuis le début du débat sur la Charte, le Parti vert du Québec s’est toujours fortement opposé à toute interdiction de porter des symboles religieux et à toute loi qui brime la liberté d’expression et la liberté de religion. Les minorités religieuses ont les mêmes droits que la population majoritaire et devraient avoir le droit d'afficher leurs convictions et leurs traditions comme tout le monde. Les lois du Québec et du Canada (incluant les Chartes canadienne et québécoise des droits et libertés) font déjà en sorte que l'État québécois est laïc et ne fait la promotion d'aucune religion. La Charte des valeurs québécoises est une manœuvre de diversion discriminatoire à l’endroit des minorités religieuses. Il n'y a pas de compromis à faire sur l'égalité entre les citoyen-ne-s.

Les membres du PVQ se sont prononcés fortement contre la charte lors d’un vote au mois de septembre confirmant la position prise par le parti le 21 août 2012. Le droit au bien être spirituel, la liberté de religion, et le respect de la diversité sont tous des principes fondamentaux dans la Charte des verts mondiaux.

L’idée, par exemple, d’empêcher un-e étudiant-e de s’instruire à cause du fait qu’il ou elle porte un symbole religieux est discriminatoire et n’a pas sa place au Québec. En ce qui concerne les élu-e-s, le choix est celui des électeur-trice-s: s'ils-elles ont choisi d'élire une personne qui porte un signe religieux, nous devons respecter ce choix. Concernant le crucifix à l'Assemblée nationale: si l’État québécois est véritablement laïc, il ne peut faire la promotion d’une religion entre les murs de son Assemblée nationale. La place du crucifix est au musée, puisqu’il appartient à une époque révolue. Si Maurice Duplessis l’a accroché au mur pour des raisons politiques, nous pouvons et devons le décrocher pour les mêmes raisons. Contrairement à la Charte de la laïcité, il s’agirait d’un véritable geste concret pour proclamer la neutralité religieuse de l’État québécois.

La position du Parti vert du Québec sur cette question est donc la suivante:

  • Nous sommes contre l'interdiction du port des symboles religieux ostentatoires pour l'ensemble des travailleur-euse-s incluant les juges, les procureurs de la Couronne, les policier-ière-s et les éducateur-trice-s.

  • Nous sommes en faveur d'une société inclusive, égale, et multiculturelle.

  • Nous sommes en faveur d'un programme spécial qui vise à reconnaître les diplômes obtenus à l'étranger plus rapidement et une bonification de l’application des lois anti-discrimination au travail, car le débat sur la Charte a déjà contribué à une hausse de la discrimination envers les minorités religieuses.

  • Nous croyons que la meilleure façon de lutter pour l'égalité entre les femmes et les hommes est d’offrir davantage de ressources aux femmes. Par exemple, l'équité salariale n'est toujours pas accomplie dans plusieurs secteurs. Des contraintes supplémentaires concernant les signes religieux ne feront que marginaliser davantage les femmes musulmanes du Québec, qui sont déjà victimes de discrimination à l'emploi. 

  • Nous proposons de fermer ce dossier pour cinq ans, le climat politique et social actuel n’étant pas propice à un débat sain.

Parti Vert du Québec