Éducation et Culture

Éducation post-secondaire et gratuité scolaire

Tout d'abord, le Parti Vert s'inscrit pour la liberté de choix au cégep et à l'université. Les étudiant-e-s qui fréquentent ces institutions ont toute la maturité requise pour faire leurs propres choix. Nous sommes de l’avis que l’apprentissage d’une deuxième langue est un atout incontournable, et un droit fondamental pour les étudiants québécois. Nous proposons d'ailleurs d'élargir les cours aux langues autochtones et aux autres langues étrangères, pas seulement l'autre langue officielle.

Concernant les droits de scolarité au niveau post-secondaire, le PVQ s'inscrit très clairement dans une perspective de gratuité. La gratuité scolaire est une des meilleures façons d’assurer l’accessibilité aux études peu importe les ressources financières que l’étudiant possède. Pour trop longtemps le gouvernement a tenté d’augmenter le prix de l’éducation. C’est cette marchandisation de l’éducation, et l’idée que l’éducation est un privilège plutôt qu’un droit qui a poussé les étudiant-e-s à s’organiser, à voter des mandats de grève, et à prendre la rue lors du printemps érable. Les droits de scolarité élevés servent beaucoup plus les intérêts des grandes entreprises qui se fient sur un marché de travail saturé de nouveaux diplômés lourdement endettés. Nous sommes résolument contre la tarification des services essentiels tels que l’éducation, le transport en commun et la santé. De plus, la gratuité scolaire représente le meilleur investissement public que l'État québécois puisse faire en vue d'un développement économique, social et culturel durable.

Recherche et formation continue

Le Parti Vert du Québec s'inscrit pour un financement public et transparent de la recherche scientifique, surtout fondamentale. Cette branche de la science a été négligée par l'État ces dernières années, particulièrement par le gouvernement fédéral. Nous considérons de notre côté qu'il est du devoir de l'État de soutenir les scientifiques et experts dans leurs recherches, puisqu'elles profitent à l'ensemble de la société et éclairent le débat ainsi que les politiques publiques. Le PVQ s'oppose avec vigueur à la marchandisation de la recherche publique. Nous nous inscrivons aussi contre la censure et pour la liberté d'expression totale des scientifiques. Enfin, nous proposons de garantir au moins cinq jours de formation continue par année dans les entreprises, afin de développer la productivité et la mobilité professionnelle des employés. Ces formations pourraient être offertes par les entreprises elles-mêmes, des institutions locales d’enseignement, Emploi-Québec, etc.

Éducation primaire et secondaire

Concernant le financement des écoles privées, bien que le PVQ soutienne la liberté de choix des citoyen-ne-s et leur droit d'inscrire leurs enfants à l'école de leur choix, nous considérons que les fonds publics doivent uniquement servir à financer l'école publique, accessible à tous. Concernant les commissions scolaires, le Parti vert du Québec est plutôt en faveur d’abolir, ou du moins de profondément modifier le rôle des commissions scolaires. Nous croyons que le système actuel ne gère pas efficacement l’argent des contribuables. Par contre, nous sommes en faveur de préserver l’autonomie régionale des écoles, et d’une réforme majeure de la gouvernance de nos écoles. Le PVQ croit en la décentralisation des services publics, dont les écoles. Concernant les conditions de travail des professeurs, le Parti vert du Québec s'inscrit en faveur d'un mode traditionnel de rémunération. Étude après étude démontre que de lier la rémunération des professeurs aux performances de leurs étudiants à des examens communs n’est pas une bonne solution. Nous ne pouvons pas prétendre que l’argent est ce qui motive les professeurs. La passion et la volonté ne s’achètent pas. De plus, nous proposons de réduire le ratio élèves/professeur à 20:1, ce qui implique l'embauche de nombreux enseignants. Cela créera de l’emploi dans toutes les régions et toutes les communautés du Québec. Concernant l'enseignement de l'anglais, le Parti Vert du Québec ne souhaite pas modifier les lois linguistiques. Nous croyons que les élèves du Québec devraient avoir accès à des cours de langue seconde (pas forcément l’anglais d’ailleurs, cela pourrait être une langue autochtone ou une autre langue étrangère), mais nous ne sommes pas d’avis que cela devrait être imposé aux élèves. L’apprentissage du français devrait primer à l’école primaire: nous croyons aussi que les cours de français devraient être bonifiés dans les institutions anglophones afin de promouvoir l’apprentissage du français par les élèves anglophones.

Parti Vert du Québec