Le chef du Parti Vert prend la parole sur la situation critique de notre système de santé

0
423

Le chef du Parti Vert du Québec, Alex Tyrrell, a pris la parole, ce vendredi, à Montréal, devant l’hôpital général du Lakeshore, afin de prendre position sur un enjeu important aux yeux du PVQ, soit toute la situation liée à notre système de santé. Dans les 8 dernières années, les désastreuses réformes Barrette et la pandémie de COVID ont exposé la situation critique dans laquelle se trouvent les infirmier-ière-s et préposé-e-s de la province et les hôpitaux de la province. Plusieurs Québécois-es s’inquiètent de la situation de notre système de santé et le parti partage ces inquiétudes. Le Parti Vert du Québec pense qu’il est grand temps de reconnaître les problèmes des professionnels de la santé et de passer à l’action. 

Accompagné de Virginie Beaudet, candidate dans Jacques-Cartier,, Alex Tyrrel, chef du parti, s’est prononcé spécifiquement sur la situation critique de l’hôpital du général Lakeshore, dont la capacité est très régulièrement surchargée et a même atteint, à quelques reprises durant l’été, une capacité de 180%. « Le Parti Vert du Québec fait un point de santé ici, à cet hôpital, où des membres de ma famille et moi-même avons été traités, ici, par le passé. Il y a vraiment un personnel exceptionnel, mais ces gens-là n’ont pas les ressources pour donner des soins de santé de qualité et ne sont pas en mesure d’offrir ce  que la population nécessite lorsqu’ils sont surchargés ou quand ils sont en temps supplémentaire obligatoire;» a déclaré Alex Tyrrell dans son discours. 

Pour le Parti Vert du Québec, la santé est un enjeu de première ligne. Il est important de s’assurer que tout le monde ait accès à des services de qualité. Le Parti Vert du Québec propose notamment de désengorger les urgences à l’aide de cliniques sans rendez-vous ainsi que de procéder au recrutement de plus de personnel. Un gouvernement Vert augmentera la capacité du système en formant et en embauchant plus de personnel et en améliorant les conditions de travail des infirmier-ière-s et des préposé-e-s. Le PVQ veut également augmenter les salaires de ces professions considérablement, réduire la durée des quarts de travail, tout en donnant une plus grande marge de manœuvre aux infirmier-ière-s. « Avec toute la richesse qu’on a au Québec, on a entièrement les moyens d’avoir un système de santé public de qualité, où les gens peuvent y avoir accès quand ils en ont de besoin. Il faut qu’on aille des services de proximité, des services accessibles et c’est pour ça que le PVQ soutient le système de santé public et l’accès aux soins, ici, dans l’Ouest de l’île, mais aussi partout au Québec;» s’est exprimé Alex Tyrrell. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here