Le PVQ demande une étude du BAPE sur la filière des terres rares et le projet Matamec en Abitibi - Parti vert du Québec

Le PVQ demande une étude du BAPE sur la filière des terres rares et le projet Matamec en Abitibi

Aujourd'hui le Parti vert du Québec a déposé une demande formelle au Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs afin qu'une étude du BAPE soit tenue pour examiner l'ensemble de la filière des terres rares au Québec et spécifiquement le projet Matamec qui se retrouve sur les rives du lac Kipawa en Abitibi-Témiscamingue. Ce projet d'extraction serait le premier de son genre au Québec autant qu'au Canada, et selon le PVQ ça serait une énorme risque à la population d'aller de l'avant sans tenir un BAPE compréhensif.

Selon le nouveau chef du PVQ: «L'extraction des terres rares est une des filières minières les plus dangereuses au Québec en ce moment. Si le projet Matamec va de l'avant, le territoire et l'eau potable d'une très grande région risquent d'être contaminés par des métaux lourds et des résidus radioactifs, comme nous avons vu dans d'autres juridictions à travers le monde.»

Malgré le fait que la réforme de la loi sur les mines, présentée par le Parti québécois et adoptée à l'Assemblée nationale, spécifie clairement qu'une étude du BAPE soit tenue pour tous les projets de terres rares au Québec, le projet Matamec risque de s'échapper car la planification de cette dernière était déjà très avancée au niveau de la planification.

«Aujourd'hui nous demandons au Ministère de l’Environnement de faire son minimum et de tenir le projet Matamec aux normes environnementales proposées et adoptées par son propre gouvernement. Jusqu'à maintenant, nous n'avons reçu aucune assurance de la part du Ministère de l'Environnement, du BAPE, ou de la minière qu'une telle étude sera déclenchée, même si la minière a déjà ouvertement manifesté son désir de coopérer avec le BAPE si le gouvernement l'exigeait» a conclu Tyrrell.

Alex Tyrrell est le chef du PVQ depuis l'automne dernier. Il est le plus jeune chef de parti politique au Québec a l'heure actuelle, et lors de son tournée en Abitibi au mois de novembre il a rencontré les militants locaux et a porté visite au site proposé qui se retrouve à moins de 400m du lac Kipawa et les cours d'eau.

Pour consulter la demande officielle, cliquez ici.

Pour plus d'information:

Stéphanie Stevenson

Attachée politique au chef du Parti vert du Québec

(514) 233-5191

Vous aimez cet article?
Parti vert du Québec