Lettre ouverte au ministre Blanchet concernant le dossier des terres rares

Monsieur le ministre,

Il y a actuellement plusieurs projets controversés d’exploitation de terres rares au Québec, à divers degrés d’avancement. Plusieurs citoyens, groupes environnementaux et membres des Premières Nations ont déjà exprimé leurs inquiétudes face à cette nouvelle industrie.

Au nom du Parti vert du Québec, je vous demande qu’une étude du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) soit tenue afin d’examiner les impacts sociaux et environnementaux que le projet d’exploitation des terres rares pourrait avoir dans la région du Lac Kipawa en Abitibi, celui de Matamec. Nous demandons également une étude sur l’ensemble de la filière des terres rares au Québec (un BAPE générique).

Comme vous le savez, l’article 118 du projet de loi 70 adopté par l’Assemblée nationale le 9 décembre dernier stipule le déclenchement automatique d’une étude du BAPE pour tout projet d’exploitation de terres rares, peu importe la taille du projet. Cette modification constitue un bon pas en avant pour la politique environnementale de votre gouvernement.

Par contre, l’article 101.0.1 de la version précédente de la loi sur les mines, en vigueur jusqu’au 10 décembre 2013, indique qu’une étude du BAPE n’est pas obligatoire pour un projet minier ayant une capacité inférieure à 2000 tonnes par jour, comme c’est le cas pour le projet Matamec. Par conséquent, seul le ministre de l’Environnement peut actuellement mandater le BAPE afin qu’il mène une étude approfondie sur les impacts potentiels de ce dossier.

À ma connaissance, jusqu’à présent vous n’avez fait aucune déclaration publique à propos d’un BAPE sur ce projet depuis que la nouvelle loi a été adoptée, et ce malgré l’ouverture du processus en date du 24 janvier dernier, alors que j’ai remis en mains propres une demande formelle à votre adjoint parlementaire, M. Scott McKay.

Le moment est venu de mettre fin aux inquiétudes des citoyens qui craignent pour leur santé et leur milieu de vie. En tant que ministre responsable, vous avez le devoir moral de donner un mandat fort et clair au BAPE afin de lui permettre d’examiner non seulement le projet Matamec mais l’ensemble du dossier des terres rares. Annoncez vos couleurs dès maintenant.

En raison de son réseau hydrographique de très grande valeur, la région de l’Abitibi est sans doute l’un des pires endroits au monde où extraire cette ressource. De plus, le gouvernement du Québec n’a actuellement aucun programme d’envergure pour la récupération et le recyclage des terres rares qui se retrouvent dans plusieurs produits de consommation populaires, dont les piles, les ampoules fluorescentes, les appareils électroniques ou les batteries. Nos inquiétudes sont donc justifiées et nous réclamons que le gouvernement du Québec dévoile ses intentions dans ce dossier.

Le 16 mai 2013, la minière s’est dite ouverte et prête à coopérer avec le BAPE si vous en convoquez un. La protection du bassin du lac Kipawa, des cours d’eau environnants, de la population et des écosystèmes de l’Abitibi méritent que ce projet soit mis sous la loupe du BAPE.

Dans l’intérêt de l’ensemble de la population du Québec, le Parti vert vous appelle à soumettre le projet Matamec aux nouvelles normes adoptées par votre propre gouvernement, et ainsi à en respecter non seulement la lettre mais aussi l’esprit. C’est votre dernière chance de respecter cette promesse avant les prochaines élections. Il est temps d’agir.

 

Alex Tyrrell

Chef du Parti vert du Québec

Parti Vert du Québec