Non à la canalisation par les oléoducs d'Enbridge 9 et TransCanada

Le chef intérimaire du Parti vert du Québec (PVQ), Jean Cloutier, dit NON à la canalisation du transport de pétrole non-traditionnel par les oléoducs d'Enbridge 9 ou de TransCanada et proclame plutôt de lancer le plus rapidement possible un réel débat de société ouvert au public sur la sécurité du transport de pétrole brut non-raffiné. « Depuis la dévastation de Lac-Mégantic, nos médias nous inondent littéralement d'interviews ou de reportages sur les mérites respectifs du train et des oléoducs jouant ainsi le jeu du privé en occultant, un vrai débat à planifier écologiquement sur l'électrification des transports. Tant que l'on consommera du pétrole, l'État doit forcer les entreprises à être responsable pour le déplacer. L'autorégulation n'a pas fonctionnée. Le transport du pétrole non-sécuritaire tue des vies et détruit des villes!»

Le porte-parole du PVQ en matière d'énergie, Michel Sigouin, constate:« Nous sommes devenus collectivement dépendants au pétrole, nous avons l'urgent besoin d'une cure de désintoxication.» Des candidats à la course à la chefferie du PVQ ont souhaité s'exprimer sur le sujet, Alex Tyrrell: «Peu importe le mode de transport le pétrole est un cancer; à nous de le combattre. » , Pierre Etienne Loignon : «En attendant une transition vers des sources d'énergie plus vertes, l'État a le devoir de forcer les entreprises à être responsables pour le pétrole qui doit être déplacé.» Et Marc-André Beauchemin:«Encourageons une transition vers l'utilisation de sources d'énergie moins dangereuses à transporter, moins dommageables pour la santé humaine et pour l'ensemble de son écosystème.»    

Parti Vert du Québec