Mode de scrutin

 

Réforme des institutions démocratiques

Tout d'abord, le Parti vert du Québec propose d'introduire un mode de scrutin mixte, combinant l'uninominale à un tour et la proportionnelle, afin de mieux refléter la diversité des opinions politiques des citoyen-ne-s. Pour ce faire, la carte électorale serait redessinée, de manière à ce que les Québécois-es élisent 75 député-e-s selon la méthode traditionnelle (comme au fédéral). Les 50 député-e-s restants seraient élus à partir d'une liste, en fonction de la proportion des votes récoltés par leur parti.

Concernant les élections à date fixe, le PVQ appuie ce principe et considère que la loi devrait être renforcée, de manière à fermer les échappatoires permettant au parti gouvernemental de demander au lieutenant-gouverneur la dissolution de l'Assemblée nationale à n'importe quel moment.

Nous proposons aussi les projets de loi d'initiative populaire. Sans passer par un-e député-e, un-e citoyen-ne ou un groupe pourraient, après avoir obtenu un certain nombre de signatures dont le nombre sera déterminé par consensus, déposer un projet de loi devant l'Assemblée nationale et forcer les élus à le soumettre à un vote.

Concernant le financement des partis politiques, le PVQ propose de le rendre totalement public, et donc d'abolir le financement individuel. Les partis seraient financés selon deux critères, soit le nombre de votes obtenus lors de l'élection générale précédente et le nombre de membres en règle du parti. Afin d'éviter le phénomène des prête-noms, la loi électorale interdira désormais à un-e citoyen-ne d'être membre de plus d'un parti politique enregistré à la fois. Cela permettra à tous les partis ayant suscité l’intérêt du public, peu importe leur âge, de débattre de leurs idées.

Le PVQ s'inscrit aussi en faveur de l'octroi du droit de vote à partir de l'âge de 16 ans, afin de donner plus de pouvoir à la jeunesse et d'inciter leur participation dans le système démocratique. Si l’habitude de voter se prend plus tôt dans la vie des citoyen-ne-s, le taux de participation devrait augmenter.

Nous sommes également de l'avis que le Directeur général des élections, tant au municipal qu'au provincial, devrait se charger de l'envoi du programme des différents partis politiques et candidat-e-s indépendant-e-s aux électeur-trice-s de chaque circonscription ou district électoral. Cela contribuera à l'égalité de parole entre les candidat-e-s et aidera à éclairer le choix des électeur-trice-s, tout en limitant le pouvoir de l’argent en politique.

Parti Vert du Québec