Technologies vertes et recyclage

 

Technologies vertes et recyclage

Le Parti vert du Québec considère que certaines des technologies dites « vertes » devraient faire partie de la solution à la crise environnementale. Cependant, il est important de noter que notre consommation d'énergie de toutes sources doit diminuer substantiellement afin que nous atteignions nos cibles, et les technologies vertes sont complémentaires à cet effort d’efficacité énergétique. Par contre, d’autres technologies dites « vertes » ne le sont pas vraiment.

Par exemple, le Parti vert du Québec est résolument contre la subvention des voitures électriques et hybrides. La raison? La production des batteries pour les voitures électriques, via l’exploitation des terres rares ou d’autres métaux dangereux, risque de contaminer l'eau potable de la région du Témiscamingue via le projet Matamec. La réalité, c'est que beaucoup de citoyens sont attachés à l’illusion que les voitures privées peuvent être « vertes », alors que c’est le transport en commun qui constitue la vraie solution à nos problèmes environnementaux et énergétiques.

En outre, voici cinq technologies vertes que le PVQ propose de développer :

  • Biogazification

  • Électrification des transports en commun avec une connexion directe au courant

  • Énergie éolienne

  • Géothermie

  • Recyclage industriel

Nous croyons également qu’il est très important de bien financer la recherche dans les technologies vertes.

Le Parti vert du Québec propose en outre d'instaurer une éco-taxe, qui fera en sorte d'inclure la pollution environnementale dans le coût de production et le prix des biens de consommation. De plus, en incluant dans le prix de vente le coût du recyclage des produits, nous pourrons développer l’industrie du recyclage, et donc créer des emplois ici même au Québec, tout en réduisant notre empreinte écologique.

Le gouvernement du Québec a démontré du leadership dans le dossier du recyclage en 2012, en implantant des éco-frais sur les ordinateurs, télévisions, téléphones cellulaires et quelques autres produits. Par contre, le niveau des frais n'est simplement pas adéquat pour recycler tous les produits. De plus, le programme d'éco-frais actuel n'encadre pas la majorité des biens de consommation et nous croyons que cela devrait changer.

La mise sur pied d'un programme de recyclage d'envergure permettra au Québec de

  • Recycler tous nos biens de consommation

  • Créer des emplois de qualité dans un secteur d'avenir

  • Positionner le Québec comme un leader mondial dans le domaine du recyclage

  • Réduire notre demande pour des biens de consommation non-durables grâce au frais de recyclage

À terme, le PVQ propose l’établissement d'une cible « zéro déchet » d'ici 2025. Différents moyens pourraient être mis à contribution pour y arriver: taxer le suremballage des produits et les biens non-recyclables, lutter contre l'obsolescence programmée et stimuler l'éco-conception des produits (allonger leur durée de vie, rendre disponibles des pièces de rechange et la réparation plutôt que le rejet, etc.), généraliser le compostage dans la province (en débutant par les grands centres), réformer et stimuler l'industrie du recyclage avec l'éco-taxe, stimuler la production d'énergie par biomasse (rejets alimentaires, forestiers, etc.)...

Nous devons aussi faire plus et faire mieux afin de traiter et de disposer correctement des déchets dangereux (ex. : métaux lourds, BPC, etc.) produits par nos industries. Les évènements survenus à Pointe-Claire l’année dernière (des BPC mal entreposés se sont répandus dans l’environnement) ont démontré que nous devons être plus vigilants sur cette question et mettre en place un financement adéquat pour assurer la prévention et, lorsque des accidents se produisent, le traitement de ces substances toxiques.

 

Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments

Un des projets de rénovation écologique les plus rentables en termes de bénéfices économiques et énergétiques est d'améliorer l'isolation des bâtiments. Cela permet aux propriétaires et aux locataires d’épargner sur leurs factures de chauffage et de climatisation, et réduit nos émissions de gaz à effet de serre de manière concrète en plus de créer des emplois locaux partout au Québec. Selon nous, le gouvernement du Québec doit agir immédiatement et mettre sur pied un programme de subventions afin de moderniser l'isolation de nos bâtiments.

Parti Vert du Québec