Élection partielle dans Louis-Hébert

Alex_Tyrrell_Headshot_-2.jpeg« Dans cette campagne les électeur-trice-s de Louis-Hébert auront la chance de voter pour un parti fédéraliste de gauche avec un programme bien établi et un leadership solide » a-t-il déclaré.

M. Tyrrell profitera du lancement de la campagne pour souligner les enjeux qui seront prioritaires pour lui à travers les prochaines semaines : « La monté de l'extrême droite à Québec est un problème sérieux qui prend de l’ampleur et qui doit être reglé le plus rapidement possible. Le gouvernement libéral refuse d’appliquer les lois sur la propagande haineuse décrites dans l’article 319 du code criminel. Le résultat est une montée importante de la présence des groupes et des discours haineux. Il est temps que le gouvernement du Québec et plus précisément le ministre de la sécurité publique, ordonnent aux corps policier de prioriser les enquêtes et d’appliquer les lois. »

Le chef des vert-e-s mise également sur l’opposition à l’arrivé du pétrole des sables bitumineux à travers l'oléoduc Énergie Est et la fracturation hydraulique en Gaspésie : « Nous sommes opposé-e-s à tout transport ou consommation de pétrole des sables bitumineux sur le territoire québécois. Les études démontrent que la transition énergétique aura d'énormes retombées économiques et générera beaucoup plus d’emplois que les 128 promis par Trans Canada. Les dommages causés par les fuites prévisibles dans nos rivières devront être assumées par les contribuables. Le niveaux de risque n’est simplement pas acceptable et l’argumentaire économique n’est pas au rendez-vous. Il est aussi très important d’interdire la fracturation hydraulique sur l’ensemble du territoire québécois. Les opérations de la pétrolière Junex et de son partenaire publique, Resources Québec en Gaspésie mettent notre environnement et notre eau potable en danger. Le gouvernement du Québec doit réexaminer ses priorités et investir dans les énergies vertes plutôt que le pétrole sale et les technologies obsolètes.  »

Afin de réduire notre dépendance au pétrole, le Parti Vert du Québec appuie une augmentation majeure de l’offre du transport en commun combiné avec l’abolition des tarifs afin de stimuler la demande : « La gratuité des transports en commun nous permettra d’augmenter significativement le nombre d'utilisateur-trice-s, l’offre de service et l'efficacité du service afin de nous permettre de réduire concrètement le nombre de véhicules sur la route. La congestion routière est un frein majeur à la productivité et à l’économie de la région. Ceux qui tiennent à utiliser leur véhicule privé tireront profit de la gratuité du transport en commun en profitant d’un réseaux routier moins saturé et plus rapide pour tout le monde. » Quant au financement, « Le Québec a déjà établi une bourse sur la carbone qui génère des revenus importante pour le fond vert. Plutôt que de gaspiller ces fonds sur des projet qui servent les intérêts de l’industrie pétrolière, le gouvernement du Québec devrait investir ces sommes dans le transport en commun, afin de permettre un virage de société. »

Depuis l'élection d'Alex Tyrrell la tête du parti en 2013, la formation a pris un virage éco-socialiste afin de se situer sur la gauche de la scène politique, en offrant un programme complet qui défend la protection de l'environnement, mais également le système de santé publique, l'accès aux études et une politique identitaire inclusive.

Plus d’informations: (514) 612-3365

Alex_Louis-Hébert_1_(1).jpg

 

 

Alex_Louis-Hébert_.jpg

 

Parti Vert du Québec