Le Parti Vert du Quebec est présentement à la recherche de candidat-e-s dans la majorité des régions du Québec! En apprendre plus →

Centre de la petite enfance (CPE)

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE (CPE)

Les coupures dans les CPE des dernières années ont mis à mal ces institutions. Il est grand temps d’agir pour protéger ces établissements indispensables au Québec. Le Parti Vert du Québec soutient l’idée d’un réinvestissement massif dans le réseaux public de garderie.

Dans les dernières années, les précédents gouvernements, à travers diverses mesures, ont massivement bonifié l’aide aux garderies privées, tout en coupant l’aide au CPE. Ces mesures se traduisent par une augmentation fulgurante du nombre d’enfants qui se retrouvent au sein du réseau privé. En effet, le nombre d’enfants dans ces établissements a augmenté de 1042% dans les 10 dernières années. Pourtant, les garderies privées offrent un moins bon service. En effet, il est facile de constater cette différence dans les services aux enfants par le nombre de plaintes déposées aux garderies privées (70% des plaintes) ainsi que les résultats des recherches sur les services donné aux enfants. Ces mesures budgétaires s’attaquent à un fleuron de la société québécoise qui a même inspiré le reste du Canada à suivre notre trace. En plus d’offrir l’égalité des chances, les CPE ont donnés à des milliers de femmes un accès au marché du travail, stimulant du même coup l’économie. Selon les plus récentes estimations, les CPE auraient permis à 70 000 femmes d’avoir accès à l’emploi, ajoutant 5 milliard au PIB.

La modulation des tarifs de garde selon les revenus des parents n’est pas la meilleur façon de financer les CPE. Ce n’est pas non plus par soucis d’équité que le gouvernement a mis en place cette mesure. Cette mesure a été mise sur pied en raison de l’obsession du déficit zéro, combiné à une phobie de faire augmenter les taux d’imposition. En se concentrant sur le tarif des CPE, le véritable débat n’est pas abordé. Nous devrions nous concentrer sur la responsabilité collective de financer les CPE.

En prenant en considération ces différents points, le Parti Vert du Québec propose :

  • Une augmentation des salaires. Cette mesure permettrait de revaloriser les emplois dans le réseaux des CPE qui souffre d’un manque de main d’oeuvre. Cela pourrait aussi attirer plus d’étudiant-e-s dans le domaine, là où le manque de finissant-e-s témoigne de la pénurie de travailleur-euse-s.
  • L'amélioration des conditions de travail. Les travailleur-euse-s des CPE sont passionné-e-s et assurent une éducation de qualité aux enfants partout à travers le Québec. C’est pourquoi le respect de l’ancienneté, de la semaine de travail, du rôle décisionnel des travailleur-euse-s, l’accès aux congés, la retraite progressive et le fractionnement des congés sont tous des éléments importants. Le renouvellement de la convention collective est donc une priorité.
  • Amélioration des services aux enfants. L'accessibilité des services de garderie est une priorité pour le Parti Vert. Toutefois, cet élément doit être combiné à un service de qualité. Une augmentation des budgets alloués améliorerait l’accès à des services pour les enfants ayants des besoins particuliers.
  • Retour des tarifs universels. Le Parti Vert souhaite le retour du tarif unique à 7$ et veut stopper la privatisation du réseau de garderie au Québec. Cette mesure est la première étape pour instaurer graduellement la gratuité des services de garderie.
  • Retrait des subventions et crédits d’impôts qui avantage le secteur privé. Les parents ont un droit fondamental de choisir si leur(s) enfant(s) devrait(ent) fréquenter un établissement privé ou public. Toutefois, les mesures entreprises par le gouvernement ne devrait pas injustement désavantager le secteur public au profit du secteur privé. C’est pourquoi le Parti Vert propose l’abolition des subventions au garderie privé.
  • Transformation des crédit d’impôts aux parents. Le Parti Vert du Québec est d’avis que le système progressif d'impôt au Québec est la meilleur façon d’assurer un financement adéquat des institutions publiques. Trop souvent, les crédits d'impôts alloués aux parents destinés à couvrir les frais de garderies sont utilisé pour payer les garderies privés. Cela contribue à la dégradation du secteur publique et accélère le transfert vers le privé. Le Parti Vert est d’avis que ces crédits d'impôts ne sont qu’une forme de subvention indirecte de l’industrie des garderies privés, ces derniers devraient être aboli. 
  • Assurer le bon déroulement des négociations. La plupart des associations du patronat au Québec négocient de bonne foi et réussissent à s’entendre avec les travailleur-euse-s. Cependant, certaines associations refusent les ententes nationales et s'entêtent à faire reculer les conditions des travailleur-euse-s. Le gouvernement devrait donc avoir un rôle actif dans les négociations et devrait s'assurer de faire avancer les dossiers, en utilisant des sanctions si nécessaire.
Parti Vert du Québec