Éducation des adultes

ÉDUCATION DES ADULTES

Quand nous parlons d’éducation au Québec, nous portons une attention particulière aux élèves issues du parcours régulier soit ceux du primaire, du secondaire, des Cégeps et des universités. Pourtant, près de 300 000 étudiant-e-s adultes sont dans le système éducatif québécois sans bénéficier des mêmes droits et des mêmes chances de réussite que les étudiants réguliers. L’éducation de ces adultes est, en outre, souvent perçue comme un parent pauvre en raison d’un manque de droits, de personnel, de ressources pédagogiques et de ressources financières. Pour répondre à la spécificité de ces obstacles et des besoins particuliers des étudiants adultes, le PVQ propose les solutions suivantes :

Accessibilité financière pour les étudiant-e-s :

  • Octroyer des bourses pour les étudiants adultes au secondaire général et professionnel sans distinction de statut (temps plein ou temps partiel). Ainsi, les étudiant-e-s adultes auront les mêmes chances de réussite qu’un-e étudiant-e régulier-ière.
  • Réformer en profondeur l’aide financière en ne prenant plus en compte les pensions alimentaires dans les calculs. De ce fait, nous garantissons aux étudiant-e-s adultes de ne pas avoir à choisir entre la subsistance et l’éducation.
  • S’assurer que la personne effectuant un retour aux études conserve tous les droits que lui avait accordée l’aide sociale au regard des soins médicaux, des soins dentaires, des soins d’optométrie, des frais de transport médical et de séjour et des frais reliés aux besoins particuliers liés à la condition physique, car, ces soins ne devraient pas dépendre d’un quelconque statut, mais devraient être universels.

Revoir les règles et les barèmes édictés par Emploi Québec :

  • Respecter le choix de formation des adultes effectuant un retour aux études dans le cadre des programmes d’Emploi Québec. Un adulte prenant la décision de faire un retour aux études se doit d’avoir le même droit qu’un-e étudiant-e régulier dans le choix de sa formation.
  • Revoir les barèmes d’allocation à la hausse afin que les étudiants adultes puissent subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles tout en ayant accès à une éducation en parallèle.
  • Uniformiser les règles d’octroi de prestation d’un centre d’emploi à un autre. On parle ici de prestations liées aux frais de transports, de garde, de matériels scolaires pris en charge dans certains centres locaux d’emploi et pas dans d’autres. De ce fait, tout adulte retournant aux études aura les mêmes prestations sans distinction et aura les mêmes chances de réussite.
  • Accorder une période d’accommodation aux étudiants adultes entre la fin deleur stage et l’arrêt de leurs prestations sociales. Aujourd’hui, un-e étudiant-e adulte qui est en stage est dans l’obligation de trouver un emploi avant la fin de sa formation pratique sans quoi ce dernier voit ses prestations sociales coupées. Cette mesure oblige un nombre conséquent d’adulte à avoir un emploi précaire et de rester dans la précarité.

Amender la Loi 32:

  • Appuyer les étudiants adultes dans les commissions scolaires (CEA et CFP) dans leur lutte pour amender la Loi sur l’accréditation et le financement des associations d’élèves ou d’étudiants de façon à leur permettre de créer leur propre association étudiante accréditée et disposer d'une voix politique.

Meilleure redistribution des budgets alloués à l’éducation :

  • Redistribuer plus justement et équitablement les budgets du gouvernement assurerait une réelle équité au niveau des services disponibles. À ce jour, les ressources attribuées sont absorbées dans une enveloppe globale et l’information quant à leur distribution est inexistante. En ayant une meilleure idée des ressources attribuées, nous aurions un portrait plus juste de la situation actuelle, il s'agit par ailleurs d'un flagrant manque de transparence du gouvernement.

Loi-cadre sur l’éducation des adultes :

  • Affirmer les principes, orientations, objectifs et priorités d’une politique globale s’appuyant sur le droit d’accès à l’éducation. Nous contribuons à nous assurer que tout adulte qui le souhaite ait accès gratuitement à une formation de base, soit le secondaire V ou l’équivalent. À long terme, cette Loi garantirait que toute personne ait un diplôme de base et que chacun ait le droit à une éducation et à une formation continue. Ainsi, nous nous inscrivons dans une perspective progressiste de l’éducation tout au long de la vie et assurons l’égalité des chances à chacun de réussir.
Parti Vert du Québec