Éducation supérieure

CEGEP: vers un profil de sortie vert?

Texte de Robin Dick, porte-parole en éducation supérieure

3.jpg

Nos étudiant-e-s, ainsi que les écologistes parmi nous, nous poussent avec de plus en plus d'insistance à prioriser des mesures pour combattre les changements climatiques. Mais comme toutes les institutions, qui sont de par leur nature plutôt immuable, les collèges auront de la difficulté à prendre ce virage, même si le sentiment d'urgence est partagé par une majorité d'entre nous. Par quel bout prendre le problème?


Et si le Québec valorisait ses enseignant-es plus qu'une semaine par an?

Texte de Robin Dick, porte-parole en Éducation supérieure 

rob-min.jpeg

Dans les années 60, mon père était enseignant d'anglais dans une école secondaire de Lethbridge, Alberta. Avec un salaire d'environ 6000$ par année, il était capable de subvenir aux besoins d'une famille de 4 enfants, payer l'hypothèque d'une maison modeste mais confortable et acheter une auto neuve tous les 4 ans. Ma mère, comme la plupart des femmes de l'époque, restait à la maison, j'ose croire par amour, mais c'était sans doute plus compliqué que ça. Une journée dans l'année, ma mère avait congé car à la fête des mères, papa nous amenait au restaurant, où on mangeait du poulet frit à la Kentucky. Mmmm que c'était bon!


Parti Vert du Québec