Justice sociale

DROITS DES PREMIÈRES NATIONS

Les cultures et les langues autochtones font partie de notre identité québécoise et canadienne, tout comme les valeurs de protection environnementale. Une relation de nation à nation implique un consensus, au-delà de la consultation. Cette relation doit être fondée sur l’égalité entre deux nations. Nous avons besoin de reconnaître le fait que les gouvernements canadiens et québécois ont maltraité et dégradé les peuples autochtones pendant très longtemps et que nous avons le devoir de changer les choses.

Depuis bien trop longtemps, nous avons traité les Premières Nations du Québec avec un flagrant manque de respect. Nous avons imposé avec force nos points de vue, nos façons de faire et nos projets de développement économique. En même temps, nous avons pris des mesures pour décimer leur langue, leur culture et leur religion. Le colonialisme européen a eu des effets dévastateurs sur les Premières Nations, qui ont été la cible d’un génocide culturel et de stratégies génocidaires de la part des gouvernements.

N’oublions pas que les Premières Nations sont les premiers occupants du Québec. Tout cela leur appartenait lors de notre arrivée. Depuis trop longtemps, notre gouvernement cherche à dominer les Premières Nations sans leur accorder ce qui leur appartient. Le Parti Vert du Québec propose de poser les gestes suivants :

Suivre les recommandations de la Commission vérité et réconciliation

Cette Commission a formulé 94 recommandations visant à améliorer les relations avec les Premières Nations du pays. Le Parti Vert du Québec appuie l'ensemble de ces dernières et intègre l’ensemble de celles-ci, qui s’appliqueront à la juridiction provinciale, dans un premier mandat.

Entre 2015 et 2018, la Commission de vérité et de réconciliation avec les peuples autochtones a fait la lumière sur la controverse des pensionnats, sur les abus subis par les Autochtones aux mains du gouvernement et sur la façon d'aller de l’avant afin de reconnaître le passé et corriger les injustices.

Autonomie territoriale et sociale

Le Parti Vert du Québec appuie l'autodétermination des peuples autochtones. En termes de gestion du territoire, les Premières Nations devraient avoir le pouvoir de bloquer des projets de développement (ou d’exploitation) sur leurs terres ancestrales. Sur le plan social, les Autochtones devraient avoir davantage de contrôle sur les services sociaux, notamment pour réduire l’envoi des enfants autochtones dans des familles d'accueil non autochtones. En ce sens, l’entente signée avec la nation Attikamek est un exemple à suivre.

Reconnaissance formelle des gouvernements autochtones

Le Parti Vert du Québec appuie la reconnaissance formelle des gouvernements autochtones dans la Constitution canadienne afin qu’ils puissent bénéficier de la même reconnaissance que les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral.

Retour envers la gouvernance traditionnelle

Le Parti Vert du Québec reconnaît que la loi fédérale sur les indiens de 1876 (encore en vigueur) est une loi fondamentalement raciste qui a été conçue pour enlever l'autonomie des Premières Nations dans l’esprit du colonialisme et qu’elle prive les Premières Nations d’autonomie et constitue un affront à leurs droits fondamentaux.

Plus particulièrement, cette loi empêche ces dernières de conserver leur modèle de gouvernance traditionnelle. Le Parti Vert du Québec soutient que la loi sur les Indiens demeure raciste et colonialiste à ce jour et qu’elle devrait être renversée afin de permettre aux Premières Nations  de retourner vers un mode de gouvernance traditionnelle.

Préservation des langues autochtones

Un gouvernement du Parti Vert du Québec mettra en place des ressources pour restaurer les langues en voie de disparition et aidera les jeunes autochtones à apprendre leurs langues avec la mise en place de cours gratuits comme nous le proposons pour le français et l’anglais.

Au Québec, certaines langues autochtones sont en voie de disparition. Les jeunes n’ont souvent pas accès à des cours d'apprentissage dans leur langue et ont peu d'opportunités pour l’apprendre. Cette perte linguistique apporte avec elle une perte de culture et d’identité. Nous reconnaissons que les gouvernements successifs ont posé des gestes stratégiques pour empêcher les Autochtones de parler leur langue et de pratiquer leur culture. Bien qu'aucun geste ne puisse réparer le passé, il est de notre devoir de faire tout ce que nous pouvons pour préserver les langues autochtones.

À l’heure actuelle, la langue huronne ne compte aucun locuteur au Québec, l’Abénaki n’en compte qu’une demie douzaine et le Micmac seulement 750. L'Algonquin et le Mohawk sont employés par environs 4700 et 2500 personnes respectivement. La situation est plus urgente que jamais.

Droits des Autochtones hors réserves

Le Parti Vert du Québec est de l’avis que la loi sur les Indiens bafoue les droits des Premières Nations qui habitent en dehors des réserves. La réconciliation nécessite un changement d’approche de la part du gouvernement fédéral tel que stipulé dans le jugement de la Cour Suprême Tsilhqot’in de 2012 et Daniels de 2016.  

Droits des Premières Nations face à la légalisation du Cannabis

Le Parti Vert du Québec appuie le droit des Premières Nations à réguler, vendre, taxer, exporter ou interdire la consommation de cannabis dans leurs communautés.

DROITS DES FEMMES

Le Parti Vert du Québec est un parti féministe. Nous constatons que l'égalité est malheureusement encore très loin d'être atteinte au Québec. Par exemple, les femmes sont souvent moins rémunérées que des hommes sont plus portés à être victimes de violence et à vivre une oppression systémique de l’État, du capitalisme, de la culture masculiniste et du patriarcat. À l’Assemblée nationale, les femmes représentent seulement 27.2% des député-es. Bien que les défis sont nombreux, le Parti Vert du Québec propose de poser les gestes suivants dès maintenant :

Interdire le harcèlement de rue

Au Québec, un grand nombre de femmes sont victimes de harcèlement sexuel de rue. Ces gestes sont rarement sanctionnés; la sévérité n’est parfois pas suffisante pour mener à des convictions criminelles, mais elle devrait tout de même être illégale. Pour cette raison, le Parti Vert du Québec propose la mise en place d’une loi provinciale (en dehors du Code criminel) qui imposera des amendes à ceux qui sont reconnus coupables de lancer des commentaires sexuels vulgaires et non sollicités dans des endroits publics aux personnes qu’ils ne connaissent pas. L’implémentation de cette loi fonctionnerait de façon similaire à la sanction de traversées illégales de la rue. Cette mesure serait à la fois symbolique, afin d’inscrire clairement le harcèlement de rue hors de la norme sociale, et pratique, dans les cas où la police assiste directement au harcèlement de rue et peut intervenir.  

Lutter contre les agressions sexuelles et la culture du viol

Un gouvernement du Parti Vert du Québec luttera pour la mise en place d’une stratégie multidisciplinaire pour prévenir les agressions sexuelles.

  • Aborder les questions de relations sexuelles consensuelles et le respect de chacun dans les cours d'éducation sexuelle dans le curriculum du primaire et du secondaire. Au collège, à l’université et dans les écoles techniques, des ateliers sur le consentement seront obligatoires.
  • Mettre en place une campagne publicitaire informant le public en quoi consiste une agression ou du harcèlement sexuel dans le milieu de travail combiné avec une mise à jour du code de travail pour renforcer les droits des personnes victimes de harcèlement ou d’agressions sexuelles dans le milieu de travail.
  • Lutter contre la culture du viol en entreprenant des mesures qui visent à informer le public sur le consentement, en lequel consistent une agression sexuelle et les conséquences physiques et émotionnelles que ces dernières peuvent avoir sur les victimes.
  • Renforcer le contrôle des individus sur leur propre corps en leur apprenant dès le primaire que leur corps n'appartient qu'à eux, qu’ils ont le dernier mot à dire, le pouvoir de refuser des contacts sexuels, qu’ils n’ont à se soumettre à personne (y compris les membres de leur famille).

Soutenir les survivantes d’agressions et de harcèlement sexuel et réprimer les violences faites aux femmes

  • Établir des formations intensives spécialisées en violences sexuelles pour l’ensemble des policiers et procureurs de la couronne du Québec afin de faciliter le processus de dénonciation et d'enquête, de mieux servir les victimes dans le respect et pour développer les compétences policières et juridiques en la matière.
  • Adapter le Code du travail afin d’offrir des congés rémunérés aux victimes d’agressions sexuelles ou de violences domestiques. Sous cette politique, un congé pourra être prescrit aux victimes par des CLSC, des travailleurs sociaux, des médecins ou des centres de soutien aux victimes de violences sexuelles et domestiques. Ces congés seront rémunérés par le ministère des Services sociaux afin de ne pas placer un fardeau financier sur les victimes. Ces congés rémunérés visent à permettre aux victimes de prendre le temps nécessaire pour se rétablir, pour porter plainte et/ou pour fuir un partenaire domestique violent sans compromettre leur situation financière.
  • Offrir des services de psychothérapie gratuits à toute personne en besoin et particulièrement aux victimes de violences sexuelles.
  • Apporter le financement pour les programmes de lutte contre la violence, les abris pour victimes de violences conjugales et les centres de femmes.  

Lutter pour l'égalité des genres  

  • Lutter en solidarité pour les droits des femmes racisées. Le Parti Vert du Québec propose de combattre le racisme en faisant la promotion du féminisme intersectionnel et en s’assurant d’une bonne représentation des femmes racisées avec des programmes d’action affirmative. À travers des décennies, les femmes du Québec ont connu d'énormes progrès. Par contre, les facteurs intersectionnels font en sorte qu’à ce jour l'équité est encore loin d’être atteinte chez les femmes autochtones ou issues de minorités visibles.
  • Lutter pour la croissance du nombre de femmes dans les milieux de travail traditionnellement masculins adaptant le Code du travail pour interdire le harcèlement et le traitement inégal de ces femmes. Le Parti Vert du Québec appuie un partage moins genré des métiers. Pour y arriver, nous proposons la construction d’un nouveau CÉGEP centré sur les sciences (particulièrement la physique et l'ingénierie), deux domaines habituellement majoritairement masculins, qui sera tenu de respecter la parité des genres parmi les étudiants.
  • Lutter contre l'hypersexualisation des jeunes filles en interdisant leur sexualisation dans les campagnes publicitaires au Québec. Le Parti Vert du Québec appuie également l'obligation d’indiquer clairement qu’une photo a été modifiée quand elle est publiée par une entreprise québécoise ainsi que la mise en place d’un index de masse corporelle minimal pour être rémunéré comme mannequin ou pour les images de sa personne par une entreprise. Nous souhaitons l’organisation de cours d'éthique pour les programmes en publicité, afin de mieux comprendre les effets des publicités genrées sur la société et introduire une loi provinciale afin de permettre aux femmes d’avoir les mêmes droits que les hommes quant à leur tenue vestimentaire. Le PVQ souhaite par ailleurs financer une organisation sans but lucratif qui analysera le sexisme et l’hypersexualisation générés par les publicités.  
  • Atteindre l'égalité de la rémunération en suivant l'exemple du modèle adopté en Islande où les entreprises sont obligées de prouver qu’elles rémunèrent les femmes autant que les hommes, basé sur leurs compétences, responsabilités et valeur ajoutée à l’entreprise. Les réalités intersectionnelles devraient également être considérées, car l'égalité est encore loin d'être atteinte pour, entre autres, les femmes racisées et autochtones. À l’heure actuelle, les entreprises québécoises ne sont pas tenues de prouver l'égalité de leur structure de paye.

Atteindre la parité parmi nos élu-e-s en instaurant un mode de scrutin proportionnel, avec des quotas pour les femmes candidates qui seront implantés progressivement sur une période de deux élections générales. Instaurer des congés parentaux pour les élu-e-s et augmenter le financement pour des programmes de mentorat.

DROITS DES PERSONNES LGBTQIA2+

Le Parti Vert du Québec est de l'avis que le gouvernement du Québec doit intensifier sa lutte contre l'intimidation, l'homophobie et la transphobie. Cette lutte commence sur les bancs d'école, mais doit se poursuivre partout dans notre société. Nos concitoyen-ne-s des minorités de genres et sexuelles ont les mêmes droits que les autres et l'intolérance à leur personne doit être ardemment combattue. La diversité de genre et sexuelle au Québec et l’ouverture de notre société sont une source de fierté et doit être célébrées.

Droits des personnes trans

Nous croyons également que les documents et pièces d'identité produits par la province pour les citoyen-ne-s devraient offrir une mention de genre volontaire ou une option de genre "neutre", pour celles et ceux qui ne s'identifient ni au genre masculin ni au genre féminin. Nous appuyons également des salles de bain à genre neutre dans l’ensemble des établissements publics.

Le Parti Vert du Québec s'engage également à allouer des fonds afin que le Gouvernement du Québec puisse couvrir l'ensemble des frais engendrés par la transition des personnes trans; soins et consultations psychologiques, opérations, soins médicaux, traitement de documents et de pièce d'identité, hormonothérapie, etc. 

Jeunesse et milieu scolaire

Nous proposons d'augmenter le soutien aux membres de cette communauté, via la création de centres jeunesses LGBTQIA2+ partout au Québec, notamment en région, là où le manque de ressources et l'isolement des jeunes LGBTQIA2+ sont les plus criants. Nous appuyons également le financement de mesures mieux adaptées aux personnes LGBTQIA2+ de couleurs et autochtones dont les besoins sont urgents.

Le PVQ s'engage également à soutenir activement les organismes et groupes communautaires qui agissent dans le secteur avec un financement adéquat. Nous nous engageons à écouter les acteur-trice-s du milieu afin que les fonds fournit par le gouvernement reflète les besoins locaux.

Nous proposons également une réforme des cours d'éducation sexuelle, qui en plus d'être introduits dès le secondaire, devraient mieux refléter la réalité des minorités de genres et sexuelles. Nous appuyons la mise en place de groupes de soutien aux élèves issus de la diversité de genres et sexuels dans l’ensemble des écoles ainsi que des salles de bains à genre neutre. Le parti vert crois qu'il faut également revoir le système scolaire afin de lutter contre l’hétéronormativité, la division de genre, etc. 

Interdiction des thérapies de réorientation

L'homosexualité et la transition de genre ne sont pas des maladies. Ces thérapies ne sont rien de moins que des pratiques homophobes et transphobes qu'il faut dénoncer et condamner. Le Parti Vert du Québec propose de les interdire le plus rapidement possible, surtout afin de protéger les personnes mineures.

Interdiction des opérations et traitements chirurgicaux et/ou hormonaux pour les personnes intersexes

Un gouvernement vert modifiera le Code civil du Québec afin d'interdire les opérations chirurgicales visant à attribuer un sexe aux enfants intersexes dès leur plus jeunes âges. Ces pratiques barbares de mutilations doivent être interdites, il appartient aux personnes concernées de prendre la décision d'être opéré et non aux parents. Ces traitements chirurgicaux et/ou hormonaux sont vécu par plusieurs comme des tortures et ont généralement de terrible effets sur les personnes qui les subissent. 

Système de santé

Il y a beaucoup de discrimination dans le secteur de la santé et il importe d'agir. Le Parti Vert s'engage à instaurer des formations obligatoires dans les formations au cégep et à l'université sur les réalités de genres et de sexes. Nous proposons également l'allocation de fonds pour que chaque centres médicaux puissent disposer de personnes ressources ainsi que la création d'une ligne et de services en ligne médicaux pour venir en aide aux personnes LGBTQIA2+ et offrir de l'informations aux intervenant-e-s médicaux. 

De tels moyens doivent également être pris pour les services aux aîné-e-s afin que ces dernier-ière-s disposent de services adaptés aux conditions LGBTQIA2+

Adoption et parentalité

Concernant l'adoption et la parentalité, nous considérons que les couples homosexuels doivent avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels. Il n'y a aucun compromis à faire sur l'égalité entre les citoyen-ne-s et nous croyons que les parents homosexuels sont tout aussi capables que les parents hétérosexuels.

Lutte contre la violence faite envers les personnes LGBTQIA2+ 

Malheureusement, l’homophobie,