Le Parti Vert du Quebec est présentement à la recherche de candidat-e-s dans la majorité des régions du Québec! En apprendre plus →

Justice sociale

DROITS DES PREMIÈRES NATIONS

Les cultures et les langues autochtones font parties de notre identité québécoise et canadienne, tout comme les valeurs de protection environnementale. Une relation de nation à nation implique un consensus, au-delà de la consultation. Cette relation doit être fondée sur l’égalité entre deux nations. Nous avons besoin de reconnaître le fait que les gouvernements canadiens et québécois ont maltraité et dégradé les peuples autochtones pendant très longtemps et que nous avons le devoir de changer les choses.

Depuis bien trop longtemps, nous avons traité les Premières Nations du Québec avec un flagrant manque de respect. Nous avons imposé avec force nos points de vue, nos façons de faire et nos projets de développement économique. En même temps, nous avons pris des mesures pour décimer leur langue, leur culture et leur religion. Le colonialisme européen a eu des effets dévastateurs sur les Premières Nations, qui ont été la cible d’un génocide culturel et de stratégies génocidaires de la part des gouvernements.

N’oublions pas que les Premières Nations sont les premiers occupants du Québec. Tout cela leur appartenait lors de notre arrivée. Depuis trop longtemps, notre gouvernement cherche à dominer les Premières Nations sans leur accorder ce qui leur appartient. Le Parti Vert du Québec propose de poser les gestes suivants :

Suivre les recommandations de la Commission vérité et réconciliation

Cette Commission a formulé 94 recommandations visant à améliorer les relations avec les Premières Nations du pays. Le Parti Vert du Québec appuie l'ensemble de ces dernières et intègre l’ensemble de celles-ci, qui s’appliqueront à la juridiction provinciale, dans un premier mandat.

Entre 2015 et 2018, la Commission de vérité et de réconciliation avec les peuples autochtones a fait la lumière sur la controverse des pensionnats, sur les abus subis par les Autochtones aux mains du gouvernement et sur la façon d'aller de l’avant afin de reconnaître le passé et corriger les injustices.

Autonomie territoriale et sociale

Le Parti Vert du Québec appuie l'autodétermination des peuples autochtones. En terme de gestion du territoire, les Premières Nations devraient avoir le pouvoir de bloquer des projets de développement (ou d’exploitation) sur leurs terres ancestrales. Sur le plan social, les Autochtones devraient avoir davantage de contrôle sur les services sociaux, notamment pour réduire l’envoi des enfants autochtones dans des familles d'accueil non-autochtones. En ce sens, l’entente signée avec la nation Attikamek est un exemple à suivre.

Reconnaissance formelle des gouvernements Autochtones

Le Parti Vert du Québec appuie la reconnaissance formelle des gouvernements autochtones dans la Constitution canadienne afin qu’ils puissent bénéficier de la même reconnaissance que les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral.

Retour envers la gouvernance traditionelle

Le Parti Vert du Québec reconnaît que la loi fédérale sur les indiens de 1876 (encore en vigueur) est une loi fondamentalement raciste qui a été conçue pour enlever l'autonomie des Premières Nations dans l’esprit du colonialisme et qu’elle prive les Premières Nations d’autonomie et constitue un affront à leurs droits fondamentaux.

Plus particulièrement, cette loi empêche ces dernières de conserver leur modèle de gouvernance traditionnelle. Le Parti Vert du Québec soutient que la loi sur les indiens demeure raciste et colonialiste à ce jour et qu’elle devrait être renversée afin de permettre aux Premières Nations la possibilité de transitionner vers un mode de gouvernance traditionnelle.

Préservation des langues autochtones

Un gouvernement du Parti Vert du Québec mettra en place des ressources pour restaurer les langues en voie de disparition et aidera les jeunes autochtones à apprendre leurs langues avec la mise en place de cours gratuits comme nous le proposons pour le français et l’anglais.

Au Québec, certaines langues autochtones sont en voie de disparition. Les jeunes n’ont souvent pas accès à des cours d'apprentissage dans leur langue et ont peu d'opportunités pour l’apprendre. Cette perte linguistique apporte avec elle une perte de culture et d’identité. Nous reconnaissons que les gouvernements successifs ont posé des gestes stratégiques pour empêcher les Autochtones de parler leur langue et de pratiquer leur culture. Bien qu'aucun geste ne puisse réparer le passé, il est de notre devoir de faire tout ce que nous pouvons pour préserver les langues autochtones.

À l’heure actuelle, la langue Huron ne compte aucun locuteur au Québec, l’Abénaki n’en compte qu’une demie douzaine et le Micmac seulement 750. L'Algonquin et le Mohawk sont employés par environs 4700 et 2500 personnes respectivement. La situation est plus urgente que jamais.

Droits des Autochtones hors réserves

Le Parti Vert du Québec est de l’avis que la loi sur les indiens bafoue les droits des Premières Nations qui habitent en dehors des réserves. La réconciliation nécessite un changement d’approche de la part du gouvernement fédéral tel que stipulé dans le jugement de la Cour Suprême Tsilhqot’in de 2012 et Daniels de 2016.  

Droits des Premières Nations face à la légalisation du Cannabis

Le Parti Vert du Québec appuie le droit des Premières Nations à réguler, vendre, taxer, exporter ou interdire la consommation de cannabis dans leurs communautés.

DROITS DES FEMMES

Le Parti Vert du Québec est un parti féministe. Nous constatons que l'égalité est malheureusement encore très loin d'être atteinte au Québec. Par exemple, les femmes sont souvent moins rémunérées que des hommes sont plus portés à être victimes de violence et à vivre une oppression systémique de l’État, du capitalisme, de la culture masculiniste et du patriarcat. À l’Assemblée nationale, les femmes représentent seulement 27.2% des député-es. Bien que les défis sont nombreux, le Parti Vert du Québec propose de poser les gestes suivants dès maintenant :

Interdire le harcèlement de rue

Au Québec, un grand nombre de femmes sont victimes de harcèlement sexuel de rue. Ces gestes sont rarement sanctionnés; la sévérité n’est parfois pas suffisante pour mener à des convictions criminelles, mais elle devrait tout de même être illégale. Pour cette raison, le Parti Vert du Québec propose la mise en place d’une loi provinciale (en dehors du Code criminel) qui imposera des amendes à ceux qui sont reconnus coupables de lancer des commentaires sexuels vulgaires et non sollicités dans des endroits publics aux personnes qu’ils ne connaissent pas. L’implémentation de cette loi fonctionnerait de façon similaire à la sanction de traversées illégales de la rue. Cette mesure serait à la fois symbolique, afin d’inscrire clairement le harcèlement de rue hors de la norme sociale, et pratique, dans les cas où la police assiste directement au harcèlement de rue et peut intervenir.  

Lutter contre les agressions sexuelles et la culture du viol

Un gouvernement du Parti Vert du Québec luttera pour la mise en place d’une stratégie multidisciplinaire pour prévenir les agressions sexuelles.

  • Aborder les questions de relations sexuelles consensuelles et le respect de chacun dans les cours d'éducation sexuelle dans le curriculum du primaire et du secondaire. Au collège, à l’université et dans les écoles techniques, des ateliers sur le consentement seront obligatoires.
  • Mettre en place une campagne publicitaire informant le public en quoi consiste une agression ou du harcèlement sexuel dans le milieu de travail combiné avec une mise à jour du code de travail pour renforcer les droits des personnes victimes de harcèlement ou d’agressions sexuelles dans le milieu de travail.
  • Lutter contre la culture du viol en entreprenant des mesures qui visent à informer le public sur le consentement, en lequel consistent une agression sexuelle et les conséquences physiques et émotionnelles que ces dernières peuvent avoir sur les victimes.
  • Renforcer le contrôle des individus sur leur propre corps en leur apprenant dès le primaire que leur corps n'appartient qu'à eux, qu’ils ont le dernier mot à dire, le pouvoir de refuser des contacts sexuels, qu’ils n’ont à se soumettre à personne (y compris les membres de leur famille).

Soutenir les survivantes d’agressions et de harcèlement sexuel et réprimer les violences faites aux femmes

  • Établir des formations intensives spécialisées en violences sexuelles pour l’ensemble des policiers et procureurs de la couronne du Québec afin de faciliter le processus de dénonciation et d'enquête, de mieux servir les victimes dans le respect et pour développer les compétences policières et juridiques en la matière.
  • Adapter le Code du travail afin d’offrir des congés rémunérés aux victimes d’agressions sexuelles ou de violences domestiques. Sous cette politique, un congé pourra être prescrit aux victimes par des CLSC, des travailleurs sociaux, des médecins ou des centres de soutien aux victimes de violences sexuelles et domestiques. Ces congés seront rémunérés par le ministère des Services sociaux afin de ne pas placer un fardeau financier sur les victimes. Ces congés rémunérés visent à permettre aux victimes de prendre le temps nécessaire pour se rétablir, pour porter plainte et/ou pour fuir un partenaire domestique violent sans compromettre leur situation financière.
  • Offrir des services de psychothérapie gratuits à toute personne en besoin et particulièrement aux victimes de violences sexuelles.
  • Apporter le financement pour les programmes de lutte contre la violence, les abris pour victimes de violences conjugales et les centres de femmes.  

Lutter pour l'égalité des genres  

  • Lutter en solidarité pour les droits des femmes racisées. Le Parti Vert du Québec propose de combattre le racisme en faisant la promotion du féminisme intersectionnel et en s’assurant d’une bonne représentation des femmes racisées avec des programmes d’action affirmative. À travers des décennies, les femmes du Québec ont connu d'énormes progrès. Par contre, les facteurs intersectionnels font en sorte qu’à ce jour l'équité est encore loin d’être atteinte chez les femmes autochtones ou issues de minorités visibles.
  • Lutter pour la croissance du nombre de femmes dans les milieux de travail traditionnellement masculinen adaptant le Code du travail pour interdire le harcèlement et le traitement inégal de ces femmes. Le Parti Vert du Québec appuie un partage moins genré des métiers. Pour y arriver, nous proposons la construction d’un nouveau CÉGEP centré sur les sciences (particulièrement la physique et l'ingénierie), deux domaines habituellement majoritairement masculins, qui sera tenu de respecter la parité des genres parmi les étudiants.
  • Lutter contre l'hypersexualisation des jeunes fillesen interdisant leur sexualisation dans les campagnes publicitaires au Québec. Le Parti Vert du Québec appuie également l'obligation d’indiquer clairement qu’une photo a été modifiée quand elle est publiée par une entreprise québécoise ainsi que la mise en place d’un index de masse corporelle minimal pour être rémunéré comme mannequin ou pour les images de sa personne par une entreprise. Nous souhaitons l’organisation de cours d'éthique pour les programmes en publicité, afin de mieux comprendre les effets des publicités genrées sur la société et introduire une loi provinciale afin de permettre aux femmes d’avoir les mêmes droits que les hommes quant à leur tenue vestimentaire. Le PVQ souhaite par ailleurs financer une organisation sans but lucratif qui analysera le sexisme et l’hypersexualisation générés par les publicités.  
  • Atteindre l'égalité de la rémunération en suivant l'exemple du modèle adopté en Islande où les entreprises sont obligées de prouver qu’elles rémunèrent les femmes autant que les hommes, basé sur leurs compétences, responsabilités et valeur ajoutée à l’entreprise. Les réalités intersectionnelles devraient également être considérées, car l'égalité est encore loin d'être atteinte pour, entre autres, les femmes racisées et autochtones. À l’heure actuelle, les entreprises québécoises ne sont pas tenues de prouver l'égalité de leur structure de paye.

Atteindre la parité parmi nos élu-e-s en instaurant un mode de scrutin proportionnel, avec des quotas pour les femmes candidates qui seront implantés progressivement sur une période de deux élections générales. Instaurer des congés parentaux pour les élu-e-s et augmenter le financement pour des programmes de mentorat.

DROITS DES PERSONNES LGBTQIA2+

Le Parti Vert du Québec est de l'avis que le gouvernement du Québec doit intensifier sa lutte contre l'intimidation, l'homophobie et la transphobie. Cette lutte commence sur les bancs d'école, mais doit se poursuivre partout dans notre société. Nos concitoyen-ne-s des minorités de genres et sexuelles ont les mêmes droits que les autres et l'intolérance à leur personne doit être ardemment combattue. La diversité de genre et sexuelle au Québec et l’ouverture de notre société sont une source de fierté et doit être célébrée.

Droits des personnes trans

Nous croyons également que les documents et pièces d'identité produits par la province pour les citoyen-ne-s devraient offrir une mention de genre volontaire ou une option de genre "neutre", pour celles et ceux qui ne s'identifient ni au genre masculin, ni au genre féminin. Nous appuyons également des salles de bain à genre neutre dans l’ensemble des établissements publics.

Le Parti Vert du Québec s'engage également à allouer des fonds afin que le Gouvernement du Québec puisse couvrir l'ensemble des frais engendrés par la transition des personnes trans; soins et consultations psychologique, opérations, soins médicaux, traitement de documents et de pièce d'identité, hormonothérapie, etc. 

Jeunesse et milieu scolaire

Nous proposons d'augmenter le soutien aux membres de cette communauté, via la création de centres jeunesses LGBTQIA2+ partout au Québec, notamment en région, là où le manque de ressources et l'isolement des jeunes LGBTQIA2+ sont les plus criants. Nous appuyons également le financement de mesures mieux adaptées aux personnes LGBTQIA2+ de couleurs et autochtones dont les besoins sont urgents.

Nous proposons également une réforme des cours d'éducation sexuelle, qui en plus d'être introduit dès le secondaire, devraient mieux refléter la réalité des minorités de genres et sexuelles. Nous appuyons la mise en place de groupes de soutien aux élèves issus de la diversité de genres et sexuelle dans l’ensemble des écoles ainsi que des salles de bains à genre neutre.

Interdiction des thérapies de réorientation

L'homosexualité et la transition de genre ne sont pas des maladies. Ces thérapie sont rien de moins que des pratiques homophobes et transphobes qu'il faut dénoncer et condamner. Le Parti Vert du Québec propose de les interdire le plus rapidement possible, surtout afin de protéger les personnes mineures.

Adoption et parentalité

Concernant l'adoption et la parentalité, nous considérons que les couples homosexuels doivent avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels. Il n'y a aucun compromis à faire sur l'égalité entre les citoyen-ne-s et nous croyons que les parents homosexuels sont tout aussi capables que les parents hétérosexuels.

Lutte contre la violence faite envers les personnes LGBTQIA2+ 

Malheureusement, l’homophobie, la transphobie et l'intolérance donnent lieu à des actes de violences bouleversantes. Comme société progressiste, il est de notre devoir de lutter contre toute forme de violence. Cela implique de lutter activement contre l’homophobie dans toutes les sphères de notre société et de mettre en place des structures de prévention et de dénonciation des violences envers les membres de la diversité sexuelle au Québec.

Présentation d'excuses formelles 

À travers les dernières années, le gouvernement fédéral a présenté des excuses formelles à la communauté LGBTQIA2+. La ville de Montréal et son service de police se sont également excusés, entre autres, pour des actes de brutalité policière et des descentes policières violentes envers les membres de la communauté et leurs établissements. Un gouvernement du Parti Vert du Québec présentera des excuses formelles à la communauté LGBTQIA2+ et posera des gestes concrets afin de continuer la lutte pour l'égalité.

LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

Bien que la société québécoise soit une société ouverte d’esprit et accueillante envers les minorités, le fait demeure qu’il existe des personnes racistes au Québec qui parfois occupent des positions d'autorité sur les autres. Face à cette réalité, il est primordial que notre société pose des gestes pour lutter contre le racisme quotidien et systémique, afin que l’ensemble des Québécois-es puisse participer pleinement à notre société, bénéficier des mêmes opportunités que la majorité et vivre ensemble sans discrimination.

Le Parti Vert du Québec propose

  • Établir un Conseil permanent de la lutte contre le racisme, composé de personnes racisées, qui sera mandaté pour mener des recherches sur le terrain, conseiller le gouvernement sur des projets de loi, rendre l’information disponible au public et participer à l'élaboration de politiques pour lutter contre le racisme.
  • Lutter pour le droit au travail en établissant des politiques incitatives et des seuils minimaux dans le processus d’embauche au sein de l’ensemble des institutions publiques et parapubliques.
  • Éduquer la population sur les réalités du racisme en incluant un cours dans le curriculum scolaire primaire et secondaire qui portera sur le racisme contre les autochtones et les noirs, l'islamophobie, le sexisme, et l’homophobie (entre autres), combiné avec l’instruction des notions de privilèges, de colonialisme et de discrimination systémique, environnementale et économique.
  • Lutter pour la justice en appliquant rigoureusement les articles du Code criminel portant sur les crimes haineux tout en diffusant les informations à la population afin de rassurer les communautés et de dissuader les criminels potentiels.
  • Mettre fin au profilage racial en axant sur des mesures disciplinaires robustes et un régime de compensation envers les victimes.
  • Lancer une campagne de sensibilisation nationale afin de lutter contre toute forme de racisme.
  • Accroître la représentation des personnes racisées dans les médias, dans la fonction publique et dans les événements culturels subventionnés en imposant des seuils de représentation minimale.

IMMIGRATION, RÉFUGIÉ-E-S ET LAÏCITÉ

Interculturalisme et vivre ensemble

Le Parti Vert du Québec croit que la diversité du Québec est l’une de nos plus grandes richesses et qu’elle devrait être célébrée. Pour cette raison, nous encourageons la diversité des événements culturels, le partage de traditions ainsi qu’un plus grand échange entre les diverses communautés qui composent la société québécoise.

Refugié-e-s

Nous sommes également de l’avis que le Québec et le Canada devraient accepter davantage de réfugié-e-s afin d’offrir la chance à celles et ceux qui fuient des zones de conflits, qui sont déplacés par la crise climatique, la discrimination ou la répression politique partout dans le monde.

Cette solidarité devrait s’exprimer avec des paroles mais aussi avec des actions concrètes. Il est de notre devoir (et de notre obligation internationale) de traiter tout demandeur d’asile avec respect, dignité et humanité et de faire le maximum pour leur apporter notre aide.

L’été 2017 a été marqué par l’arrivée de plusieurs demandeurs d’asile provenant des États-Unis. Nous sommes de l’avis que l’instabilité au sud de la frontière provoquée par l'élection d’un président problématique oblige le Québec à démontrer une grande solidarité envers celles et ceux qui fuient les États-Unis.

Immigration

Le Parti Vert du Québec est en faveur de l’augmentation du seuil annuel d'immigration de 20% pour atteindre environ 60 000 par année, afin de stimuler l'économie, de réunir des familles et de permettre aux immigrants de contribuer davantage à la société québécoise.

Nous sommes favorables à une reconnaissance plus rapide et plus équitable des diplômes obtenus à l'étranger afin de permettre une meilleure intégration économique et sociale des nouveaux immigrants. Celle-ci pourrait être facilitée par une mise en place de conversion de diplômes et de formations financées par l’État. Une formule de mentorat, permettant aux travailleurs étrangers d’exercer sous la supervision de travailleurs québécois pendant plusieurs années, serait aussi une solution. Toutefois, l’immigration ne devrait pas être vue comme un simple levier économique pour combler le besoin de main-d’oeuvre des entreprises; l'immigration devrait également viser la réunification familiale et ne devraient pas être sélectionnée uniquement sur la base des moyens financiers. Le gouvernement du Québec devrait poser des gestes pour encourager les immigrants à s’installer dans l’ensemble des régions. Nous encourageons des gestes de nature incitative en créant des conditions favorables. Par exemple, l’acceptation de l’immigrant-e pourrait être conditionnelle à un emploi en région pendant ses premières années.  

Laïcité des institutions - Liberté des individus

Le Parti Vert du Québec appuie la laïcité de nos institutions publiques telles que les écoles, l’Assemblée nationale, les institutions municipales ainsi que celles relevant du gouvernement provincial.

Cependant, nous appuyons la liberté de religion des individus et nous sommes fortement opposés à tout projet de loi s’attaquant aux libertés individuelles, y compris la liberté d'afficher notre foi avec des symboles ou vêtements religieux. Il ne revient pas à l'État d’imposer un code vestimentaire qui va à l’encontre de la Constitution canadienne.

Nous sommes de l’avis que le port d’un symbole religieux n’empêche aucunement un individu de pratiquer le métier de juge, de procureur de la couronne, de gardien de prison, de policier, d’enseignant, de médecin, d’ingénieur, d’infirmière ou de toute autre profession.

Le Parti Vert souhaite le retrait de la croix à l’Assemblée nationale le plus rapidement possible.

NORMES DU TRAVAIL

Pour le Parti Vert du Québec, il est impératif de de s’assurer des bonnes conditions des travailleur-euse-s au Québec. La conciliation travail-famille, la formation, la revalorisation certains emplois pour attirer la relève et l’amélioration de l’organisation du travail font parti des valeurs du parti. Le Québec tire de l’arrière en ce qui à trait de la défense des droits des travailleur-euse-s et une mise à niveau est nécessaire pour assurer les conditions de travail.

Droit des travailleur-euse-s

Depuis plusieurs années, les nombreuses grèves de différents secteur témoigne de la nécessité de défendre les droits des travailleurs. Pour le Parti Vert du Québec, il est aberrant que des travailleurs aient à utiliser des mesures exceptionnelles pour faire respecter leur droit. La précarité des conditions cause un stress pour les travailleurs et permet au employeurs de niveler vers le bas en offrant de moins en moins d’avantages. Pour toutes ces raisons, le Parti Vert du Québec propose une série de mesures pour faire respecter différents droits des travailleur-euse-s :

  • Renforcer les pénalités concernant le devoir de l’employeur-euse d’assurer un milieu de travail exempt de harcèlement. Cette mesure doit être combinée à une meilleure formations sur le "respect au travail". 
  • Mettre en place des congés familiaux en cas de violence conjugale.
  • Instaurer un régime de retraite anticipé pour les travailleur-euse-s faisant un emploi physiquement exigeant.
  • Améliorer l’accessibilité des régimes de rentes pour les personnes ayant des incapacités
  • Assurer le droit à la déconnexion. La société moderne facilite l’interconnectivité entre personnes, toutefois, il est important de garantir aux travailleur-euse-s le droit de ne pas être sollicité par leur employeur-euse-s en dehors des heures de travail.
  • Offrir 4 semaines de vacances.
  • Donner le droit aux travailleur-euse-s de choisir le travail à temps partiel, sans pénalité. Temps partiel (inclut les emplois au salaire minimum, vulnérables). 
  • Offrir davantage de protection aux employé-e-s vulnérables. Ce sont les personnes les plus à risque des abus de l’employeur-euse-s.
  • En plus des congés de maladie, lancer une campagne de sensibilisation sur les congés de santé mentale qui sont de plus en plus nécessaires. 

Restauration

La différence de salaire entre la cuisine et le service est démesurée; les serveur-euse-s ont un salaire moyen de 26$ de l’heure alors que les cuisiniers avec expérience et formation ne gagnent qu’un salaire moyen de 16$ de l’heure, selon un sondage sur les salaires de 2017 de l'Association des restaurateurs du Québec. Il est important d’agir rapidement pour reconnaître le travail des cuisinier-ière-s et autres employé-e-s, ainsi que d’aider les restaurateur-trice-s à contrer la pénurie de main-d'oeuvre.

Nous proposons que le gouvernement du Québec tienne une Commission d’enquête sur le respect des normes du travail, les salaires et le pourboire dans le milieu de la restauration au Québec afin d’établir un portrait véritable sur le contexte actuel et de prendre les mesures qui s’imposent pour rétablir la situation.

Nous proposons, suivant les recommandations de cette commission, d’introduire un système de partage des pourboires régi par la loi qui instaurera un comité incluant un représentant du service et des cuisinier-ière-s et qui veillera au partage équitable du pourboire entre les employé-e-s.

Le PVQ est d’avis qu’une application plus stricte des normes du travail dans le milieu de la restauration est nécessaire. De nombreux abus ont été constatés et les droits des travailleur-euse-s doivent être défendus.

Santé et sécurité au travail

Le Parti Vert du Québec souhaite renforcer les normes pour soutenir les travailleur-euse-s en matière de santé et sécurité. Nous proposons de : 

  • Assurer la reconnaissance des maladies mentales pour fournir les soins adéquat. Cela permettrait aux employé-e-s d’obtenir les congés nécessaire à leur rétablissement si il elle souffre de maladie mentale.
  • Renforcer les lois anti-briseurs de grève et faciliter l’accès à la syndicalisation. Trop d’employés souffre des mauvaises conditions en raison de la difficulté de se syndiquer.
  • Augmenter le nombre d'inspection faite par la CSST pour s'assurer que les lois et les normes sont respectées, notamment auprès des endroits qui embauchent majoritairement des employé-e-s au salaire minimum et où les syndicats sont souvent absent. 

Vacances

Le PVQ souhaite assurer l’épanouissement complet de tous les citoyen-ne-s en s’assurant que chacun aient assez de temps libre pour se consacrer à d’autres activités. La réduction du temps de travail permettrait au Québécois-es de consacrer plus d’heures aux activités familiales, aux loisirs et à pleinement exercer leur devoirs de citoyen-ne-s.  

Le Parti Vert du Québec souhaite donc :

  • Instaurer 4 semaines de congés pour tous les travailleur-euse-s.
  • Ajouter 2 jours fériés, durant lesquelles les familles pourraient se rassembler. Ces 2 journées seraient la Journée internationale des droits des femmes (8 mars) et un Jour de la famille (3 février) (comme c'est le cas dans le reste du Canada). 
  • Instaurer 10 jours de congés flexibles pour aider les parents à vaquer aux différentes occupations familiales.

Paradis fiscaux et égalité fiscale

La pression financière sur les travailleur-euse-s de la classe moyenne est de plus en plus grande. Si des millions de Québécois-es paient leur juste part, des millions de dollars échappent au fisc en raison des paradis fiscaux. Le Parti Vert du Québec est d’avis que plus de ressources devraient être investies dans la lutte aux paradis fiscaux. L’argent récoltée permettra à l’État québécois d’avoir les moyens de réaliser de grands projets, sans mettre de pression supplémentaire sur les contribuable. Le Parti Vert du Québec souhaite donc :

  • Resserrer les règles régissant la fiscalité au pays. De nombreuses stratégies existent pour permettre l’évasion fiscale en toute légalité. Le PVQ veut mettre fin à ces échappatoires.
  • Revoir les crédits d'impôts et leur utilisation. Plusieurs études ont démontré que certains crédits d'impôts sont utilisés seulement par les riches alors que le crédit ne leur est pas adressé.
  • Plafonner le salaire des dirigeants d’entreprises. Pour le Parti Vert du Québec, il est indécent que des dirigeants d’entreprises aient un salaire parfois 300x plus élevé que le salaire moyen au sein de leur propose entreprises.

Travailleur-euse-s étranger-ère-s et saisonnier-ère-s

Les travailleur-euse-s étranger-ère-s offrent une main d’oeuvre indispensable à plusieurs entrepreneur-euse-s québécois-es qui ont de la difficulté à recruter de la mains-d’oeuvre au Québec. Il faut cependant prendre en considération la vulnérabilité de ces travailleur-euse-s qui sont trop souvent maltraité-e-s et qui n’ose pas ou ne peuvent rapporter ces mauvais traitements. Le Parti Vert veut donc assurer la sécurité et le respect de ces travailleur-euse-s :

  • Multiplier les inspections des conditions de travail pour ces employé-e-s.
  • Assurer le respect des normes du travail, en augmentant la sévérité des peines aux contrevenant-e-s.
  • Interdir le paiements de frais à des agent-e-s de recrutements. Trop souvent, les travailleur-euse-s se retrouvent à devoir de l’argent à leur employeur-euse avant même le commencement de leur contrat.
  • Mettre à jours les normes du travail pour les travailleur-euse-s saisonnier-ière-s pour assurer de meilleurs conditions de travail et d’hébergement.

Immigrant-e illégaux

Certains employeur-euse-s profitent de la vulnérabilité accrue des immigrant-e-s illégaux pour ne pas respecter les différentes normes encadrant leur travail. C’est pourquoi le PVQ propose de mettre en place un système où les immigrant-e-s illégaux ne seraient pas punis s’ils déposent une plainte contre leur employeur-euse-s.

Combinée avec les autres propositions du Parti Vert du Québec, l’ensemble de ces mesures contribueront à une meilleure protection des immigrant-e-s dans la province.

Discrimination 

La discrimination à l’embauche est l’un des plus grands obstacles de l’accès à l’emploi de nombreuses communautés. Ces minorités se voient refuser des postes et des promotions simplement en raison de leur différence. Nous souhaitons aller de l'avant avec une Commission sur le racisme systémique au Québec puisqu'il est grand temps de contrer la discrimination à l’emploi.  Les réalités intersectionnelles doivent aussi être prise en compte pour assurer une juste représentation : religieuse, raciale, LGBTQ+, autochtone, sexisme, etc.  

Travail non-rémunéré

Au Canada, plus de 300 000 personnes travailleraient gratuitement pour des entreprises. Ces travailleur-euse-s ne sont pas seulement présent-e-s dans les OBNL et les organismes communautaires, mais dans tous les secteurs. Cette pratique est dépassée et il n’est pas normal de voire certaines des entreprises les plus prospères remplacer un employé par un stagiaire non rémunéré. Les secteurs de la communication, de l’éducation, de la santé et des services sociaux sont les plus touchés et il est important de rappeler que ces secteurs sont majoritairement féminin. Pour la majorité des stagiaires, il est difficile de concilier le travail, les études et le stage. Le Parti Vert du Québec souhaite donc implémenter une série de mesures pour mieux encadrer le travail des stagiaires :

  • Reconnaître le statut de stagiaire et inclure une définition de ce statut dans la loi sur les normes du travail. Les employeur-euse-s ne pourront plus utiliser ce terme pour éviter de rémunérer un-e employé-e.
  • Bonifier la protection des stagiaires qui n’ont souvent pas droit à la même protection, notamment en ce qui concerne les accidents en milieux de travail.
  • Instaurer des pénalités plus sévères pour les employeur-euse-s qui se servent de stagiaires pour accomplir le travail d’un-e employé-e. Cette pratique est illégale, mais les stagiaires craignent les conséquences de dénoncer cette pratique.
  • Différencier les stages d’observation et les stages ou le-la participant-e remplace un-e employé-e. Il n’est pas normal de ne pas compenser un-e stagiaire qui accomplit les tâches normales d’un employé.
  • Instaurer la rémunération des stages, avec exception des stages en OBNL ou dans les organismes communautaires. En psychologie par exemple, les étudiant-e-s de ce domaine ont un stage de 1600 heures à compléter où ils accomplissent 80% des tâches d’un psychologue, contribuant ainsi au désengorgement du système public, mais n’ont droit à aucune compensation.
  • Mettre en place un système de bourse pour les étudiant-e-s en éducation lors de leur période de stage. Les étudiant-e-s dans ce domaine doivent non-seulement travailler gratuitement, mais également payer pour avoir accès au crédits de leur stage.
  • Interdire les stages non-rémunérés lorsqu'ils sont obligatoires dans la formation professionnelle de l’étudiant-e-s.

Aidants naturels

Au Québec, 300 000 personnes, principalement des femmes de 45 à 65 ans, assurent la majorité des soins aux aînés. Le manque de soutien à ces personnes cause souvent de l’épuisement, de la détresse psychologique ou économique. Le Parti Vert du Québec milite en faveur d’une plus grande reconnaissance des soins donnés par les proches aidants.

Pénurie de main-d'oeuvre

Avec le vieillissement de la population et l’amélioration de la situation économique, une pénurie de mains-d’oeuvre se fait déjà sentir au Québec. De nombreuses industries ont de la difficulté à recruter des travailleur-euse-s en raison du taux de chômage excessivement bas combiné à un pan de la population qui arrive à l'âge de la retraite. Seulement la moitié du million de postes à combler dans les 10 prochaines années pourra être couvert par les nouveaux travailleur-euse-s québécois. C’est pourquoi le Québec a besoin de miser sur d’autres stratégies pour pallier au besoin de main-d’oeuvre. Le Parti Vert du Québec propose de :

  • Miser sur la formation des travailleur-euse-s. Il faut s’assurer d’enseigner des compétences transférable et qui sont adaptées aux changements technologiques. Les formations doivent être facilement accessibles et de qualité pour garantir l'employabilité des travailleur-euse-s.
  • Revaloriser les secteurs en crise. Certains secteur d’emploi souffrent d’une pénurie de main-d’oeuvre en raison des conditions de travail qui sont attachées à l’emploi. Les secteurs de santé et services sociaux n’est qu’un exemple probant parmi tant d’autre. En s’assurant d’améliorer les conditions de travail, nous encourageons un renouvellement des travailleur-euse-s.  
  • Favoriser la formations des travailleur-euse-s ayant des incapacités pour faciliter l’accessibilité à l’emploi.
  • Faciliter la transition vers le travail à la maison lorsque les conditions de l’emploi le permettent.
  • Reconnaître un plus grand nombre des diplômes étrangers pour combler plus de postes. 

Protéger nos emplois et notre économie

En ces temps de protectionnisme, d’isolationnisme et de hausse des tarifs frontaliers, il est primordial pour le Québec de s’adapter. Les entreprises québecoises devraient être priorisées pour s’assurer de conserver de nombreux emplois de qualités au Québec. Le Parti Vert propose de :

  • Instaurer des politiques d’achats québécois minimales pour tous les contrats publics.
  • Interdire la sous-traitance à l’extérieur du Québec dans la mesure du possible. 
  • Ajuster le système de taxation pour assurer l’égalité fiscale pour toutes les compagnies. Les géants du web doivent aussi payer les taxes de ventes.
  • Harmoniser les subventions au maintien des sièges sociaux et des emplois au Québec.
  • Mettre en place une stratégie de développement à l’emploi. Notamment, pour les nombreux secteurs en manque criant de main-d’oeuvre.
  • Assurer la deuxième et la troisième transformation des matières naturelles ainsi que le recyclage au Québec.
  • Compenser les travailleur-euse-s qui seront affecté-e-s par les changements technologiques.

SERVICE AUX AÎNÉ-E-S

Pendant bien trop longtemps, nous avons laissé les soins de nos doyen-ne-s dans les mains du secteur privé. D’un service à un autre, les aîné-e-s se retrouvent à remplir les poches des corporations simplement pour avoir des services de base tels que l’accès aux médicaments, aux soins à long terme en résidence et aux soins dentaires. Tous sont laissés au marché privé qui fonctionne très bien pour les plus riches, mais qui laisse les aîné-e-s à faible revenu sans ressources. Voici 5 gestes concrets que nous pouvons prendre afin de prendre soin de nos aîné-e-s :

  • Bonifier le réseau des CHSLD et y améliorer la qualité de vie au niveau des meilleures résidences privées.
  • Un revenu minimum garanti de 20 000$ par année qui nous permettra de tirer l’ensemble de nos aînés de la pauvreté dès maintenant
  • Un système de soins dentaires public universel et gratuit pour tous
  • La création de Pharma-Québec qui instaurera la gratuité des médicaments de prescription
  • Mobilité : la gratuité des transports en commun adaptés

De plus, le Parti Vert du Québec appuie le développement des services d'économie sociale qui permettent le maintien à domicile des personnes âgées autonomes et semi-autonomes. Cela permet d'économiser sur les frais d'hospitalisation tout en créant des emplois dans le secteur des services (aides ménagères, cuisines collectives et popotes roulantes, soins personnels, etc.).

Au sein des maisons de retraites, le PVQ souhaite étendre le système d’intégration des aîné-es, en l’adaptant aux besoins individuels, afin que ces derniers maintiennent un sentiment d’autonomie et d’accomplissement.

CENTRE DE LA PETITE ENFANCE (CPE)

Les coupures dans les CPE des dernières années ont mis à mal ces institutions. Il est grand temps d’agir pour protéger ces établissements indispensables au Québec. Le Parti Vert du Québec soutient l’idée d’un réinvestissement massif dans le réseaux public de garderie.

Dans les dernière les précédents gouvernements, à travers diverses mesures, ont massivement bonifiés l’aide aux garderies privées, tout en coupant l’aide au CPE. Ces mesures se traduisent par une augmentation fulgurante du nombre d’enfants qui se retrouvent au sein du réseau privé. En effet, le nombre d’enfants dans ces établissements a augmenté de 1042% dans les 10 dernières années. Pourtant, les garderies privées offrent un moins bon service. En effet, il est facile de constater cette différence dans les services aux enfants par le nombre de plaintes déposées aux garderies privées (70% des plaintes) ainsi que les résultats des recherches sur les services donné aux enfants. Ces mesures budgétaires s’attaquent à un fleuron de la société québécoise qui a même inspiré le reste du Canada à suivre notre trace. En plus d’offrir l’égalité des chances, les CPE ont donnés à des milliers de femmes un accès au marché du travail, stimulant du même coup l’économie. Selon les plus récentes estimations, les CPE auraient permis à 70 000 femmes d’avoir accès à l’emploi, ajoutant 5 milliard au PIB.

La modulation des tarifs de garde selon les revenus des parents n’est pas la meilleur façon de financer les CPE. Ce n’est pas non plus par soucis d’équité que le gouvernement a mis en place cette mesure. Cette mesure a été mise sur pied en raison de l’obsession du déficit zéro, combiné à une phobie de faire augmenter les taux d’imposition. En se concentrant sur le tarif des CPE, le véritable débat n’est pas abordé. Nous devrions nous concentrer sur la responsabilité collective de financer les CPE.

En prenant en considération ces différents points, le Parti Vert du Québec propose :

  • Une augmentation des salaires. Cette mesure permettrait de revaloriser les emplois dans le réseaux des CPE qui souffre d’un manque de main d’oeuvre. Cela pourrait aussi attirer plus d’étudiant-e-s dans le domaine, là où le manque de finissant-e-s témoigne de la pénurie de travailleur-euse-s.
  • L'amélioration des conditions de travail. Les travailleur-euse-s des CPE sont passionné-e-s et assurent une éducation de qualité aux enfants partout à travers le Québec. C’est pourquoi le respect de l’ancienneté, de la semaine de travail, du rôle décisionnel des travailleur-euse-s, l’accès aux congés, la retraite progressive et le fractionnement des congés sont tous des éléments importants. Le renouvellement de la convention collective est donc une priorité.
  • Amélioration des services aux enfants. L'accessibilité des services de garderie est une priorité pour le Parti Vert. Toutefois, cet élément doit être combiné à un service de qualité. Une augmentation des budgets alloués améliorerait l’accès à des services pour les enfants ayants des besoins particuliers.
  • Retour des tarifs universels. Le Parti Vert souhaite le retour du tarif unique à 7$ et veut stopper la privatisation du réseau de garderie au Québec. Cette mesure s’inscrit est la première étape pour instaurer graduellement la gratuité des services de garderie.
  • Retrait des subventions et crédits d’impôts qui avantage le secteur privé. Les parents ont un droit fondamental de choisir si leur(s) enfant(s) devrait(ent) fréquenter un établissement privé ou public. Toutefois, les mesures entreprises par le gouvernement ne devrait pas injustement désavantager le secteur public au profit du secteur privé. C’est pourquoi le Parti Vert propose l’abolition des subventions au garderie privé.
  • Transformation des crédit d’impôts aux parents. Le Parti Vert du Québec est d’avis que le système progressif d'impôt au Québec est la meilleur façon d’assurer un financement adéquat des institutions publiques. Trop souvent, les crédits d'impôts alloués aux parents destinés à couvrir les frais de garderies sont utilisé pour payer les garderies privés. Cela contribue à la dégradation du secteur publique et accélère le transfert vers le privé. Le Parti Vert est d’avis que ces crédits d'impôts ne sont qu’une forme de subvention indirecte de l’industrie des garderies privés, ces derniers devraient être aboli. 
  • Assurer le bon déroulement des négociations. La plupart des associations du patronat au Québec négocient de bonne foi et réussissent à s’entendre avec les travailleur-euse-s. Cependant, certaines associations refusent les ententes nationales et s'entêtent à faire reculer les conditions des travailleur-euse-s. Le gouvernement devrait donc avoir un rôle actif dans les négociations et devrait s'assurer de faire avancer les dossiers, en utilisant des sanctions si nécessaire.

ITINÉRANCE - S'EN SORTIR

Le Parti Vert du Québec s’engage à activement lutter contre l’itinérance, mais nous proposons également des solutions en aval pour poser des actions concrète et plus efficaces qui auront un meilleur impact sur le long terme. Nous croyons qu’il faut répartir les investissements gouvernementaux pour toutes les personnes à risque d’itinérance, en ville, comme en région, peu importe l’âge et le sexe et avec une considération particulière pour les personnes marginalisées (femmes, membres des Premières Nations, personnes LGBTQ+, personnes racisées, etc.)

Il est temps que le gouvernement provincial respecte ses engagements en matière de lutte à l’itinérance, notamment en mettant un termes définitifs aux nombreuses mesures d’austérité qui aggrave la situation.

Le Parti Vert du Québec propose :

  • L’instauration du revenu minimum garanti.
  • La construction de 50 000 unités de logements sociaux par année; plus accessibles pour les personnes en situation d’itinérance.
  • Mettre en place des mesures pour assurer la préservation du parc de maisons de chambres et en développer de nouvelles.
  • Lutter contre la gentrification pour éviter d’affecter l’accès aux ressources et les liens avec la communauté.
  • Engager plus d’intervenant-e-s sociaux pour alléger le système et mettre plus de ressources à disposition.
  • Mettre l’emphase sur la réinsertion à l’emploi plutôt que sur un système punitif.
  • Réformer la formation des policier-ière-s pour mettre un terme au profilage social et faciliter une approche axée sur l’intervention sociale.
  • Mettre en place des politiques de lutte contre la discrimination dans le système de santé.
  • Développer et investir dans les ressources de proximités pour les problématiques associées : toxicomanie, dépendance, santé mentale, violence, mais également adaptées aux personnes marginalisées; centres d’amitié autochtone, maison pour femmes, maisons des jeunes, centres LGBTQ+, etc.

ACCÈS À L'INTERNET

Le Parti Vert du Québec souhaite garantir à l’ensemble des québécois-es un accès à Internet, particulièrement en régions, zones qui sont souvent défavorisées à ce niveau. L’accès à Internet de nos jours est un outil de communication fondamental, ainsi qu’une source d’information dont personne ne devrait être privé. L’accès à Internet est par ailleurs un pré-requis pour de multiples services; il doit être garanti pour lutter contre la discrimination sociale qui découle de sa privation.

Le PVQ souhaite aussi garantir à l’ensemble des québécois-es un accès au réseau cellulaire, qui est souvent délaissé en région, créant des inégalités entre les milieux urbains et ruraux.

SÉCURITÉ PUBLIQUE

La meilleure façon de lutter contre la criminalité est de s'assurer que notre société est éduquée, prospère, juste et en santé. Cela débute avec une stratégie axée sur la prévention.

Formation des policier-ière-s, constables spéciaux et inspecteurs-trice-s des réseaux de transports en commun

Bien que la formation actuelle des policier-ière-s soit rigoureuse, les enjeux sociaux auxquels ils sont obligés de faire face, comme l'itinérance, les agressions sexuelles, les manifestations ou encore les interventions au sein des groupes marginalisés, démontrent qu’elle pourrait être améliorée avec plus de formations spécifiques. Alors que le métier de policier comprend, en grande partie, un travail d’intervention sociale, les formations actuelles sont ancrées sur le plan technique d’interventions et n’apportent pas assez concernant les enjeux sociétaux et sociaux.

Le Parti Vert du Québec propose d’augmenter la formation des policier-ière-s sur plusieurs niveaux. Tout d’abord, nous recommandons l’insertion de cours de sciences humaines au CÉGEP, tels que des cours de psychologie, d’intervention en délinquance et de sociologie, afin de préparer les policier-es à l’intervention sur le terrain et aux enjeux sociaux qui les influencent. Les forces de police devraient être conscientes des dynamiques de société et de l’impact que leur métier peut avoir sur celles-ci. Nous recommandons ensuite la mise en place de stages et de formations au sein de groupes sociaux, afin que l’intervention soit pratiquée sur le terrain. Finalement, nous recommandons un désarmement progressif des patrouilleurs, similaire aux pratiques du Royaume-Uni, de la Norvège ou encore de la Nouvelle Zélande. En parallèle au désarmement, nous recommandons une hausse de formation pour désamorcer les conflits, évitant le recours aux armes et encourageant la multitude d’autres pratiques existantes favorisant les stratégies de groupe permettant de maîtriser les individus interpellé-e-s.

Le Parti Vert du Québec propose d’augmenter le niveau de formation des nouvelles policiers-ère-s, constables spéciaux et agents du transport en commun tout en offrant des formations de mise à niveau pour les employés-e-s actuel-le-s afin de mieux servir la communauté. Les enjeux sociaux auxquels la police fait face doivent être abordés en connaissance de cause.  

Pour un véritable Bureau d'enquête indépendant sur le travail des policiers

Le gouvernement du Québec a légiféré en 2013 pour créer le Bureau d'enquête indépendant (BEI) , en charge d'enquêter en cas de blessures graves ou de décès au cours d’une intervention policière. Le BEI a été sévèrement critiqué pour avoir embauché un grand nombre de policiers à la retraite, plutôt que des citoyens indépendants de la police. Il convient également de constater de grandes lacunes au niveau de la transparence, notamment le fait que les rapports d'enquête ne sont pas rendus publics. Le Parti Vert du Québec propose de corriger ces lacunes afin de rétablir la confiance de la population envers les corps policiers du Québec.

Caméras corporelles sur les policier-ière-s

Dans plusieurs juridictions nord-américaines, les policiers sont équipés avec des caméras corporelles qui permettent de capter des images de leurs interventions. Le Québec a déjà expérimenté des projets pilotes et le Parti Vert du Québec est de l’avis que ces caméras devraient être portées par l’ensemble des policier-ière-s de la province. Nous tenons également à ce que ces caméras soient activées en tout temps plutôt que selon le bon vouloir des gardiens de la paix. Le contenu de ces caméras devrait être accessible au public concerné en cas de demande.

Favoriser une approche de désescalade et de résolution pacifique

Depuis plusieurs années et surtout depuis 2012, nous avons pu assister à une militarisation de nos forces policières, un phénomène très inquiétant auquel nous nous apposons fermement. Le PVQ se position contre toute forme de militarisation des forces de l'ordre et nous encourageons plutôt les approches de désescalade de la violence afin de rétablir le calme et non générer de la panique ou empirer le conflit. Nous proposons également l'interdiction de l'usage des agents provocateurs, du port d'habits civils et l'intimidation lors des manifestations. Le Parti Vert du Québec soutient aussi l'interdiction des balles en plastique qu'utilise la police, ces dernières causant la mort 1 fois sur 37. Enfin, nous souhaitons que les forces antiémeute priorisent une résolution pacifique des manifestations dans la mesure du possible.  

Traiter les problèmes de toxicomanie comme un problème de santé publique via une approche non-criminelle

Le PVQ appuie la décriminalisation de toutes les drogues afin de mieux lutter contre les problèmes de toxicomanie et de mieux livrer les services de santé nécessaires. La crise des opioïdes est à nos portes, dans nos familles et nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à appliquer des politiques basées sur une approche criminelle qui ne fonctionnent pas. Nous avons l'obligation de suivre une approche empirique (et/ou politique dans l’absence de données scientifiques établies) et humaine. Le PVQ encourage l’accès aux cliniques permettant aux usagers de consommer en sécurité et d’accéder à un contexte favorisant la désintoxication. De plus, la décriminalisation des drogues permettra de rediriger les fonds qui sont aujourd’hui investis inutilement dans le système de justice pour les programmes sociaux visant à sensibiliser les populations et à aider les usagers.

PRISONS, CONDITIONS DE DÉTENTION ET RÉHABILITATION

Bien que le Parti Vert du Québec reconnaît qu’il y aura toujours des personnes qui devront vivre derrière les barreaux, nous sommes de l’avis que le Québec devrait privilégier, le plus possible, la prévention, la réhabilitation et la réinsertion sociale plutôt que l'incarcération. Voici quelques mesures que nous proposons pour le système carcéral du Québec.

Favoriser la réhabilitation et l'éducation en milieu carcéral

Le Parti Vert du Québec est de l’avis que les prisons et le système de justice devraient miser davantage sur la réhabilitation en injectant les fonds nécessaires pour le faire. La réhabilitation est la meilleure façon de lutter contre les récidives et la criminalité. Les détenus devraient avoir l’option de poursuivre des études secondaires et postsecondaires pendant leur détention. Ces formations devront tenir compte de la réalité des détenus et les besoins particuliers des incarcérés. Cela implique un suivi plus personnel et de l'accès à de l’aide supplémentaire et personnalisée. Le Parti Vert du Québec appuie également l’accès aux services d’ intervenants en psychothérapie, en travail social et en réadaptation sociale pour accompagner et améliorer les chances des détenus de contribuer à la société lors de leur remise en liberté.

Tribunaux spécialisés en santé mentale

La cour municipale de Québec a récemment mis en place un programme qui vise à accompagner les personnes ayant des problèmes de santé mentale qui sont accusés de crimes mineurs, tout en évitant l'incarcération. Ce programme, établi en 2014, permet à une équipe multidisciplinaire, composée d'un psychiatre, d'une travailleuse sociale, d'un infirmier, d'un criminologue et du procureur de la poursuite, d'établir un plan personnalisé qui vise la réhabilitation, la réinsertion sociale et l’accès à l’emploi. Si l'accusé accepte de participer au programme et démontre une détermination sincère, combinée avec un progrès visible dans les objectifs fixés par l'équipe multidisciplinaire, la personne pourrait éviter la prison. Le Parti Vert du Québec appuie cette approche compréhensive de la justice et travaillera avec les intervenants pour la mettre en place à travers le Québec.

Conditions de détention 

La réhabilitation passe par des conditions de détention humaine et sécuritaire ainsi que l'accès à des programmes d'éducation, de la psychothérapie et d’autres activités qui favorisent la réintégration des détenus dans la société. À l’heure actuelle, les mesures d'austérité du gouvernement Couillard ont des impacts lourds sur les détenus au Québec. Les formations scolaires sont de moins en moins disponibles, des femmes ont été obligées d'intégrer des prisons pour hommes et des problèmes d'hygiène et de salubrité persistent dans les immeubles. Ces conditions sont inacceptables et doivent être améliorées. Les détenu-es sont des êtres humains et devraient être traités comme tels.  

Mettre fin à la pratique d'isolation 

Les études démontrent que les personnes placées en isolation dans les prisons développent rapidement de l’insomnie, de la confusion, du désespoir ou des hallucinations. Cette pratique, qualifiée d’« intrinsèquement risquée et dommageable » par l’enquêteur correctionnel du Canada, est selon le rapporteur spécial des Nations unies comparable à de la torture. Celui-ci recommande d’y mettre une limite maximale de 15 jours consécutifs. Le Parti Vert du Québec abolira la pratique d’isolation de longue durée et imposera une limite maximale de 5 jours consécutifs dans le cas de détenus à risque.

Parti Vert du Québec