Santé

SANTÉ GLOBALE

Au Parti Vert du Québec, nous croyons que le système de santé québécois devrait tenir compte de tous les éléments de la santé des individus, puisque la santé va bien au-delà des visites chez le docteur. Nous avons besoin d’un gouvernement qui considère les autres aspects de l’individu, sa santé physique, mais aussi dentaire, visuelle et mentale, mais pas seulement, son environnement également, que ce soit son logement, son alimentation, ses conditions socio-économiques ou l’environnement naturel. En prenant en considération tous ces éléments et en misant sur la prévention, l’on pourra non seulement assurer la bonne santé des Québécois-es, mais aussi leur bonheur et cela sur le long terme.

PRÉVENTION

Le Parti Vert du Québec croit qu’en terme de santé, la prévention est essentielle et devrait occuper un rôle primaire. Mieux vaut prévenir que guérir! La santé ne se limite pas aux consultations chez le docteur. Elle est aussi intimement liée aux conditions socio-économiques, au contexte familial, à la qualité de l’environnement (eau, terre et air), aux inégalités, aux conditions de travail, à l’éducation, l'agriculture, les habitudes alimentaires, etc. Des politiques axées sur la prévention permettraient à terme d’importantes économies et une population globalement plus en santé. Il est important de rappeler ici que, malgré l’importance de la prévention, le Parti Vert du Québec est conscient que ce n’est pas la solution ultime mais que celle-ci permettrait de prévenir les maladies dites infectieuses et de par le même moyen, désencombrer nos centres de santé.   

SPORT

Nous proposons de mieux financer les activités sportives à travers la province afin de lutter contre la sédentarité et les problèmes de santé qui y sont liés qui représente un énorme problème en Occident. Ces pratiques sportives devront être bien évidemment jumelé à des pratiques d’alimentation saines ainsi que, des régulations sur les produits contenant un taux élevés de sucres.  Pour ce faire le PVQ propose :

  • D’augmenter la fréquence des activités physiques dans les écoles pour un minimum de 60 minutes d’activité physique par jour pour les élèves du primaire et du secondaire.
  • Financer la construction et la réparation/amélioration des infrastructures sportive à travers la province.
  • Financer la construction de plus de pistes cyclables dans la province.
  • Lancer une campagne de sensibilisation et encourager les initiatives pour lutter contre la sédentarité dans les institutions gouvernementales et les entreprises publiques et privées.

ALIMENTATION SAINE

Le Parti Vert du Québec croit qu’il est temps que le gouvernement prenne des mesures concrètes pour encourager des habitudes d’alimentations saines chez les Québécois-es, pour ce faire nous proposons :

  • D’organiser une campagne nationale de réduction de la consommation de viande, qui est lié à plusieurs problèmes de santé.
  • Encourager la consommation d’aliments locaux à travers le Québec.   
  • Instaurer des cours sur l’alimentation saine dès l'école primaire. Ceci permettrait aux élèves d'être plus en santé, plus actifs et plus équipés pour faire des choix de vie sains.
  • Assurer la diversification des repas durant la semaine dans les écoles en limitant, sans entièrement éliminer, la consommation de viande, en augmentant la consommation d’aliments sains et en offrant plus d’alternatives végétariennes et locales. 
  • Poursuivre les programmes d’élimination des gras trans et accélérer le processus.
  • Interdire la vente des boissons sucrées dans institutions gouvernementales provinciales et municipales.   
  • Encourager les universités, CÉGEP vendre moins produits sucrés et augmenter les options santé, moins sucré.
  • Faciliter l’accès aux services des nutritionnistes pour l’ensemble de la population.
  • Introduire des seuils maximums de sel, de graisse et de sucre pour les repas servis dans les cafétérias des écoles primaires et secondaires, les CÉGEPS et les universités.

AGRICULTURE

Les aliments que nous consommons sont intimement liés à notre santé, c’est pourquoi des changements en agriculture jouent un rôle important en matière de prévention. Nous proposons de :

  • Encourager la consommation de produits locaux, l’agriculture biologique et l’agriculture locale et urbaine.
  • Soutenir les agriculteurs et prendre des mesures économiques pour faire en sorte que ces aliments biologiques et locaux soient abordables pour tous-tes les Québécois-es.
  • Interdire les pesticides dangereux pour la santé et bannir l’usage des autres pesticides nuisibles en encourageant les alternatives biologiques et naturelles.  
  • Nous proposons également l’étiquetage des produits contenant des OGM afin que les consommateurs puissent faire des choix éclairés quant à leur alimentation.
  • Création d'un programme national d'éducation populaire sur les plantes médicinales. Accès à des jardins publics de plantes médicinales et éducation inclue dans le cursus scolaire.

PRESCRIPTIONS  

Le Parti Vert du Québec reconnaît d'abord que la prise de médicament est très importante et nécessaire pour plusieurs individus, notamment pour la santé mentale et plusieurs maladie. Il ne s'agit pas ici d'encadrer le travail des médecins, qui recommandent pour la plupart d'autres pratiques, mais bien d'un principe. Ceci étant dit, le Parti Vert souhaite encourager les médecins et les pharmacien-ne-s à recommander la pratique d’activités physiques et d’une alimentation saine plutôt que de prescrire uniquement les médicaments. Cela permettrait de prévenir plusieurs problèmes plutôt que de palier simplement avec les médicaments. Ceci pourrait permettre de lutter contre des problèmes de santé provoqués par la consommation de produits néfastes et de mauvaises habitudes pour la santé mentale et physique.

HÔPITAUX, URGENCES ET CLINIQUES

Plusieurs Québécois-es s’inquiètent de la situation de notre système de santé et nous partageons ces inquiétudes. Nous proposons pour désengorger les urgences à l’aide de cliniques sans rendez-vous ainsi que de procéder au recrutement de plus de personnels.

Le Parti Vert du Québec aimerait mettre de l’avant les efforts produits par la clinique SABSA de Isabelle Têtu à Québec et qu’il est primordial d’offrir non seulement plus de financement à ces initiatives mais aussi plus d’espaces. En effet, cette clinique sans rendez-vous dirigée par des infirmières praticiennes en soins de première ligne (IPSPL) offrent des soins de qualités ainsi que des soins de prévention en appliquant une philosophie à la fois humaniste et pragmatiste. Le projet coopératif, né en 2011, donne la chance à ces infirmières d'appliquer leurs connaissances  à leurs plein potentiel puisqu’elles peuvent prescrire certains examens diagnostiques ainsi que des médicaments permettant de donner des services de santé aux personnes marginalisés et aux personnes atteintes de maladies spécifiques à des coûts réduits. En 2015, la clinique SABSA a traité 1189 patients et a offert 3256 consultations donc 271 par mois. De plus, moins de 5% des consultations ont nécessité d’être soumises à un professionnel de la santé extérieur.

Les frais de fonctionnement de SABSA jusqu’à maintenant sont revenus à 301 157$, un montant moindre lorsque l’on considère les milliers de dollars qui ont été sauvé au système de santé si ces mêmes patients avaient utilisé les services d’urgences ou de consultations des hôpitaux. Les employés de la coopération ont non seulement un plus grand rôle décisionnel mais partagent également une grande expérience dans le système de santé, un sens de la justice social et un sentiment d'entraide fort. Il est nécessaire qu’il y ait une plus grande collaboration entre les membres du système de santé et les spécialistes. Finalement, il est important de mentionner que 63.5% des visiteurs de la clinique n’avaient pas de médecin de famille selon leur site internet. Les soins offerts varient entre des soins courants, des traitements de VHC/VIH, des suivis de santé mentale et de maladies chroniques ainsi que des suivi de grossesse.

L’accès plus grand de coopératives tel que SABSA permettrait d’aller à l’encontre des temps d’attentes interminable aux urgences et d’alléger la charge de travail des employés.

LUTTER CONTRE LA PRIVATISATION

Le Parti Vert du Québec s’oppose fortement à toute privatisation de notre système de santé, au contraire, le système de santé publique doit être célébré, renforcé et mieux financé.

Nous croyons que tous-tes les Québécois-es devraient avoir accès à des services de qualités, rapides et gratuits. Le portefeuille des citoyen-ne-s ne devrait pas être une limite dans l’accessibilité des soins dans la provinces. Le développement d’un système parallèle privé ne fait que avantager les plus riches au détriment des plus démunis et de la classe moyenne.  L’égalité des chances et l’accès universel aux soins de santé doivent être protégés. La privatisation ne permettrait pas non plus, contrairement à la croyance populaire, de réduire le financement; tous les pays qui financent leurs soins de façon privée, témoigne plutôt d’une augmentation des coûts. Effectivement, les pays qui financent leurs soins par le biais du public utilisent 2 à 5 % (3 % au Québec) du total pour administrer le système. Du côté du secteur privé, ces chiffres grimpent à 10 ou 15 %.

DÉCENTRALISATION, SANS PRIVATISATION

Le Parti Vert du Québec est d’avis que la centralisation du système de santé nuit aux citoyen-ne-s. En effet, la concentration des soins dans les grands centre enlève des services aux régions et s’inscrit dans la tendance de dévalorisation des régions. De plus, la centralisation du système de santé n’a pas permis de faire les économies espérées, puisque les entités bureaucratiques créées deviennent trop lourdes à gérer. Les économies se sont fait en coupant directement dans les services aux patients, sans réellement couper dans les instances de gestion. Le Parti Vert du Québec est d’avis qu’un transfert des compétences vers les instances régionales permettraient de mieux être à l’écoute des besoins des citoyen-ne-s. Un système moins lourd et plus près des gens permettra d’améliorer les services directs aux patients.

Le Parti Vert du Québec voudrait améliorer l’accès au soins de santé à domicile. Pour les patients, avoir la possibilité de rester chez soi se traduit par une amélioration substantielle de la qualité de la vie, et du même coup, un rétablissement beaucoup plus facile.

Le Parti Vert du Québec veut également assurer des soins de qualité à tous les patients. Cela se traduit inévitablement par une alimentation de qualité dans nos établissements de santé. Le PVQ voudrait avoir un quota minimum de la moitié des aliments qui seraient biologiques et locaux. En plus de réduire l’impact environnemental, cette mesure améliorerait la santé et le bien être des patients.

DONS D'ORGANES ET DE SANG

Nous proposons de rendre automatique le don d’organes et que les citoyen-ne-s remplissent une déclaration si ils-elles ne souhaitent pas donner leurs organes. Cela permettra une plus grande disponibilité de ceux-ci et d’éviter qu’une personne qui a oublié de signer sa carte pour s’identifier en tant que donneur, mais qui aurait souhaité faire don de ses organes décède sans que ce soit fait. Nous souhaitons également faciliter les systèmes de dons d’organes ou de parrainage pour dissuader les Québécois-es de chercher des options plus abordables et rapides, notamment à l’étranger en subissant des opérations dangereuses et douteuses.

Le Parti Vert du Québec mettra également un terme à la discrimination homophobe en place dans les services de collecte et de dons de sang. Il n'y a aucune raison pour justifier le maintien de cette pratique discriminatoire, elle doit être abolie.

Nous proposons également de changer les procédure actuelle entourant les prises de sang. Les horaire actuelle ne fonctionnent pas avec l'horaire de travail des Québécois-es, ceux-ci doivent donc changer pour devenir plus accessibles.

ACTEUR-TRICE-S DE NOTRE SANTÉ

Infirmière-ier-s et préposé-e-s

Dans les dernières années les désastreuses réformes Barrette ont exposé la situation critique dans laquelle se trouve les infirmière-ier-s et préposé-e-s de la province. Le Parti Vert du Québec pense qu’il est de temps de reconnaître le problème et de passer à l’action, pour ce faire nous proposons de :

  • Améliorer les conditions de travail des infirmière-ier-s et des préposé-e-s.
  • Augmenter les salaires de ces professions.
  • Réduire la durée des quarts de travail.
  • Embaucher un plus grand nombre de personnels.
  • Abolition des temps supplémentaires obligatoires.
  • Donner une plus grande marge de manoeuvre aux infirmière-ier-s.
  • Autoriser les infirmières qui détiennent un BAC à prescrire des médicaments et autres produits nécessaires.
  • Encourager également les infirmières praticiennes de première ligne à prendre en charge ou mettre sur pieds de nombreuses cliniques sans rendez-vous et cliniques de proximité où elles peuvent administrer des soins généraux ou spécialisés dépendamment de leurs formations. Ceci permettrait de drastiquement libérer les hôpitaux et les cliniques.
  • Organiser une très grande campagne de publicité et de promotion des fonctions d’infirmière-ier-s et de préposé-e-s pour les rendre attrayantes aux yeux de la population et de par le même moyen, faciliter l’embauche de nouveaux personnels.

Médecins

Le dossier des médecins a fait couler beaucoup d’encre dans les dernières années, nous croyons qu’il est temps d’agir pour réparer les erreurs des précédents gouvernements quant à ce dossier. Nous proposons d’introduire dès le premier mandat un gel des salaires des médecins spécialisés et de graduellement le réduire pour l’arrimer à celui des autres employé-e-s du domaine de la santé. Il est complètement inéquitable que l’écart salarial entre les médecins et les autres employé-e-s soient aussi élevé.

Le PVQ propose aussi qu’une part des médecins formé-e-s dans les universités de la province aient l’obligation de pratiquer pendant les deux premières années en région là où les besoins sont les plus criants. À court terme, nous proposons que les étudiant-e-s en médecines puissent recevoir du soutien financier (paiement d’une partie de leur études ou soutien financier) et qu'en échange ils-elles pratiquent pendant quelques années en région, là où les besoins sont criants.

Le Parti Vert propose également de mettre fin aux bonus que reçoivent les médecins lorsqu’ils-elles prennent en charge de nouveaux-elles patient-e-s.

Nous proposons également, pour rendre le système de santé plus efficace, de permettre aux psychologues et au pharmacien-ne-s de pouvoir faire certaines prescriptions, cela permettra d’alléger la lourdeur actuelle du réseau et les temps d’attente.

Proches aidants

Le PVQ propose d’instaurer un régime de congés payés pour les proches aidants, avec la hausse des problèmes de santé et le vieillissement de la population il est important de poser des actes concrets. Il faut reconnaître le travail des proches aidants à sa juste valeur et son importance pour la société, autrement l’État ne fait que déléguer une responsabilité de plus aux femmes qui se retrouvent le plus souvent avec cette charge.

Sages femmes

Au Québec l’accès au sages-femmes est difficile. Alors que le quart des femmes en age de procréer souhaite accoucher avec une sage-femme, la réalité est que seulement 3% des femmes au Québec accouchent avec une sage-femme. Plusieurs obstacles se dressent devant une meilleur accessibilité au sages-femmes et le PVQ souhaite rétablir la situation. Le Parti Vert du Québec souhaite donc :

  • Améliorer l’accès au bac sage-femme, en moyenne, 16 ou 17 femmes graduent chaque années alors que la demande est beaucoup plus grande.
  • Assurer la pérennité du modèle québécois de la pratique des sages femmes.
  • Promouvoir l’accouchement à domicile et en maison de naissance. Défendre le libre choix du lieu de naissance;

PHARMA QUÉBEC, COUVERTURE UNIVERSELLE ET MÉDICAMENTS

L’importation par la province de médicaments génériques coûte extrêmement cher et représente une part importante du budget en santé. Nous proposons de créer Pharma Québec, qui aurait pour mandat la négociation des prix des médicaments importés et la fabrication de ces médicaments génériques à un coût moins élevé, déjà en place en Nouvelle-Zélande. Une telle mesure permettrait de sauver plusieurs millions de dollars pour la province, ainsi que plusieurs vies. De plus, le Québec détient l’expertise et les ressources pour se lancer dans une telle entreprise. En produisant ses propres médicaments génériques, le Québec pourra plus facilement négocier les prix d’importation par une évaluation accrue du coût de fabrication à travers la province.

Nous proposons également d’instaurer un régime de couverture pour les médicaments d’ordonnance pour réduire les inégalités d’accès pour les Québécois-es. Le coût de la création de Pharma Québec serait amorti par les profits faits sur le long terme par la production de médicaments à coûts réduits. Ces économies permettront à terme de financer la couverture universelle pour les médicaments d’ordonnances. Les compagnies pharmaceutiques sont aussi liées aux compagnies pétrolières.

Nous proposons également d’établir un meilleur encadrement des produits de santé dits naturels (PSN). Plusieurs de ces produits sont vendus sans ordonnances avec l’absence de connaissance en termes des effets qu’ils provoquent. Le PVQ propose d’imposer aux compagnies produisant ces médicaments de prouver l’efficacité ainsi que la fiabilité de leurs produits, notamment par des tests scientifiques. Devant l’absence de preuves, Le PVQ réclame l’étiquetage des produits pour permettre aux consommateurs d’effectuer une décision informée. Ceci serait accompagné de la création d’une base de données  les résultats de ces tests seraient accessibles au public. Le PVQ juge qu’il est important de mettre de l’avant les dangers qui accompagnent la consommation de PSN, tel que la consommation de Garcinia Cambogia pour la perte de poids qui peut générer des problèmes de santé sérieux, notamment des cirrhoses du foie.

PRIMES AUX MÉDECINS DES PHARMACEUTIQUES

Pour assurer la qualité des soins de santé au Québec, il est important de revoir la relation entre les médecins et l’industrie pharmaceutique. Bien que le code de déontologie interdit officiellement aux médecins d’accepter des cadeaux qui pourraient influencer leur prise de décision, l’industrie pharmaceutique dépense de larges sommes pour courtiser les médecins. Des formations payés, des voyages, des repas, la généreuse rémunération pour des conférences promotionnelles à leurs pairs font tous parti des tactiques pour amener les médecins à prescrire un certain médicament. Ces pratiques entachent non seulement la réputation des médecins, mais cause aussi des impacts direct sur le service donné au patient. Alors qu’une relation directe entre les cadeaux reçu et les prescriptions n’a pas été établi au Québec, une étude au États-Unis a démontré qu’un seul repas payé par une compagnie pharmaceutique avait un lien avec les prescriptions du médecin.

Les conflits d’intérêts des experts qui rédigent les lignes directrices pour les traitements et l’usage de médicaments et d’équipements médicaux au pays inquiète aussi. Les compagnies financent les recherches de leurs propres produits. Si le financement à lui seul ne pose pas problème, les preuves s’accumulent contre les pharmaceutiques qui influencent les résultats des recherches pour que leurs médicaments aient l’air plus sécuritaire et efficace. Les compagnies pharmaceutiques s’occupe de financer la formation continue des médecins au Québec.

Le Parti Vert du Québec voudrait mettre sur pieds un registre qui indiquerait quel médecins a reçu des cadeaux des compagnies pharmaceutiques. Le projet de loi en Ontario est le premier en c genre au Canada et le Québec devrait s’en inspirer. Cette mesure s’inscrit dans une tentative de faire changer les mentalités dans cette industrie, où tenter d’influencer les médecins est une pratique courante et acceptée.

SOINS DENTAIRES ET SOINS DE LA VUE

Dans le cadre de la couverture universelle en santé qui est déjà en place, le Parti Vert croit qu'il est temps pour la province de considérer tout les éléments de la santé des Québécois-es

Nous croyons que les soins dentaires sont tout aussi importants que la santé générale des Québécois-es et qu’il s’agit d’un élément essentiel d’une santé globale. Or, à l’heure actuelle plusieurs personnes dans la province n’ont pas les moyens de se payer ses services qui s’avèrent parfois dispendieux, négligeant ainsi un aspect majeur de leur santé et de leur bien-être. Pour ces raisons, nous proposons d’instaurer la gratuité des soins dentaires pour tous-tes.

La vue est un élément essentiel de notre santé. Or, plusieurs Québécois-es se privent de ces soins puisqu’ils peuvent s’avérer dispendieux. C’est pourquoi nous proposons d’instaurer un régime de gratuité des examens de la vue pour tous-tes.

SANTÉ MENTALE

Les besoins sont de plus en plus criants en santé mentale; le mode de vie sédentaire, les longues heures de travail, les inégalités et bien d’autres facteurs augmentent les besoins en santé mentale. Nous proposons plusieurs mesures pour améliorer drastiquement la situation actuelle :

  • Des soins psychologiques et des suivis plus rapides, notamment via l’embauche de plus de personnel.
  • Instaurer un programme permettant la gratuité des services en santé mentale.
  • Réduire la prescription de médicaments pour le comportement pour les enfants, pallié par l’accès aux services de psychologue et la réduction de la taille des classes.
  • Accélérer la lutte et la prévention du suicide, par plus de formation dans les écoles, une lutte plus efficace et active contre l'intimidation.
  • La création de ressources d’aide plus accessibles et adaptées pour les Premières Nations, créer en collaboration avec celles-ci.
  • La rémunération des stages des étudiant-e-s en psychologie.
  • Une formation en intervention psychosociale pour les policier-ière-s.
  • Plus de sensibilisation sur la maladie mentale au secondaire.

PSYCHIATRIC SURVIVORS-FORCÉ AUX TRAITEMENTS

Le Parti Vert du Québec veut assurer un réinvestissement dans les traitements de personnes souffrant de problèmes mentaux. De nombreux patients ont témoignés de leur expérience difficile au sein du système de santé et il est grand temps d’améliorer le sort de ces personnes. L’accès et la qualité de ces soins devraient être au cœur des préoccupations du gouvernement.

ÉDUCATION SEXUELLE ET SANTÉ SEXUELLE

Les PVQ propose de simplifier l’accès aux examens de dépistages d’ITSS, VIH, pap test, etc. Améliorer les services pour être certain de pouvoir offrir à tous les tests de dépistage dans les mêmes endroits.

Le Parti Vert soutient également l’introduction de cours d’éducation sexuelle plus avancé pour lutter efficacement contre les maladies, mais aussi l’homophobie et la transphobie. Ces cours devront également refléter la réalité des personnes LBGTQIA2+.

Nous proposons aussi d’instaurer la gratuité des moyens contraceptifs (comme la pilule) et pour la contraception d’urgence.

ALCOOLS ET DROGUES

ALCOOL

Nous proposons tout d’abord de poursuivre les politiques invitant à la modération quant à la consommation de l’alcool. Le Parti Vert du Québec propose d’interdire les publicités des produits alcoolisés pour sortir l’alcool de l’espace public et pour efficacement lutter contre l’alcoolisme ainsi que l’introduction d’étiquettes d’avertissements des effets quant à la consommation de boissons alcoolisées. Nous proposons aussi d’interdire définitivement les boissons alcoolisés avec de hautes quantités de sucres. Nous proposons aussi de mettre de l’avant les groupes et centres de supports tels que Alcooliques Anonymes, ainsi que d’augmenter leur financement.

CRISE DES OPIOÏDS

Une terrible crise des opioids fait présentement rage à travers le pays et a déjà fait plusieurs milliers de victimes, il faut agir rapidement et prendre des mesures drastiques pour faire face à cette tragédie.

  • Il faudra poursuivre l’accès et la distribution des vaporisateurs nasaux NARCANMC (naloxone) dans les pharmacies et rapidement, mais aussi faire en sorte que les policier-ère-s en soient équipé-e-s.

DÉCRIMINALISATION DES DROGUES

Procéder à la décriminalisation de toutes les drogues avec le gouvernement fédéral, une telle mesure permettrait :

  • De rediriger les ressources utilisées pour la lutte aux drogues vers la prévention et le soutien aux personnes aux prises avec des dépendances.
  • Retirer le stigma qui pousse les gens à utiliser ces drogues seuls en privé, caché et non supervisé, ce qui mène plus souvent, en cas d’overdose, au décès.

ENTRE D'INJECTION SUPERVISÉ

Financer les centres d’injections supervisées et en créer de nouveaux dans plusieurs régions autres que Montréal. S’assurer que ces centres reçoivent un financement adéquat, notamment pour être plus efficace face à la crise des opioïdes.

CANNABIS

Le cannabis sera bientôt légalisé, en matière de santé nous proposons d’interdire la publicité des produits issus du cannabis, sauf pour les produits uniquement constitués de CBN. Les magasins qui viendront le cannabis devraient également, selon nous, afficher les effets que peuvent avoir les produits issus du cannabis ainsi que les ingrédients de chaque produit vendu et leur provenance. Nous souhaitons aussi qu’une part de la taxation du cannabis soit redirigée vers la prévention et la recherche des effets de ces mêmes produits. Le Parti Vert du Québec permettrait également aux utilisateurs de cannabis pour des raisons médicales d'être exempté de la taxe de vente. 

SANTÉ ET PREMIÈRES NATIONS

Le Parti Vert du Québec propose également de créer et de financer des cliniques mieux adaptés aux réalités et aux pratiques autochtones. Financer des cliniques mieux adaptées aux réalités autochtones (comme à Saguenay au Centre d’amitié autochtone).

Un second enjeu important pour lequel nous souhaitons proposer des mesures est le racisme subi par les membres des Premières Nations au sein du système de santé québécois.

Les problèmes d'alcoolisme et de toxicomanie, de logement et de santé sont très criants au sein de ces communautés et le gouvernement provincial se doit d’agir rapidement. Le PVQ propose de miser sur l'éducation, puisque seulement la moitié de la population autochtone adulte détient un diplôme d'études secondaires, il faut encourager des mesures permettant d’inverser cette tendance, notamment la construction de nouveaux logements ou l’amélioration des logements en place, des services d’éducation adaptés tels que proposés précédemment ainsi que dans la partie éducation de la plateforme. La promotion de saines habitudes de vie, la mise sur pied de services sociosanitaires adaptés aux milieux autochtones ainsi que la transmission des savoirs traditionnels afin d'améliorer l'estime de soi sont des pistes à suivre pour améliorer les conditions actuelles, le tout devra être fait en collaboration avec ces nations, nous devons suivre leur volonté et non imposer nos projets. Nous croyons qu’à terme ces mesures auront un impact positif.  

DROITS DES PERSONNES AVEC UN HANDICAP PHYSIQUE

Le Parti Vert du Québec milite pour l’égalité des chances pour tous. C’est pourquoi le PVQ appuie toutes les revendications du groupe Personnes Handicapés pour l’Accès aux Services (PHAS). Notamment, le PVQ est en faveur du principe de l’accessibilité universelle qui doit être appliqué dans l’ensemble du réseau. Aussi, des mécanismes doivent être mises en place pour évaluer les besoins et la qualité des services aux personnes en situation de handicap. De façon plus générale, l’amélioration des services passent par un réinvestissement en réadaptation, en hébergement, au soutien à domicile et aux familles.

Le Parti Vert du Québec est d’avis que la centralisation du système de santé nuit aux services donnés aux citoyens. En effet, la concentration des soins dans les grands centres enlève des services aux régions et s’inscrit dans la tendance de dévalorisation des régions. De plus, la centralisation du système de santé n’a pas permis de faire les économies espérées puisque les entités bureaucratiques créées deviennent trop lourdes à gérer. De cette façon, les instances de gestions sont coupées en régions, pour être remises sur pied en ville. Les économies se sont fait en coupant directement dans les services aux patients, sans réellement couper dans les cadres. Le Parti Vert du Québec est d’avis qu’un transfert des compétences vers les instances régionales permettrait de mieux être à l’écoute des besoins des citoyens. Un système moins lourd et plus près des gens permet d’améliorer les services directs aux patients en ayant un service adapté.

Le Parti Vert du Québec voudrait améliorer l’accès aux soins de santé à domicile. Pour les patients, avoir la possibilité de rester chez soi se traduit par une amélioration substantielle de la qualité de la vie, et du même coup, un rétablissement beaucoup plus facile.

Le Parti Vert du Québec veut également assurer des soins de qualité à tous les patients. Cela se traduit inévitablement par une alimentation de qualité dans nos établissements de santé. Le PVQ voudrait avoir un quota minimum de la moitié des aliments qui seraient biologiques et locaux. En plus de réduire l’impact environnemental, cette mesure améliorerait la santé et le bien être des patients.

Les dernières années ont été marqué par des mesures budgétaire qui ont affecté les personnes les plus vulnérables au Québec, notamment les personnes en situation de handicap. Dans cette optique, le PVQ est d’avis qu’un réinvestissement dans les services pour offrir des traitements de qualités est nécessaire.

En se basant sur le programme du PHAS, le PVQ met de l’avant les revendications du groupe en ce qui à trait aux droits des personnes en situation de handicap. Les services de santé et sociaux devraient être universels, gratuits et uniformes. Les services sociaux qui touchent directement les personnes en déficience doivent être soutenu au même niveau que les autres programmes. L’autonomie des personnes en situation de handicap doit être respectée dans les programmes. L’information sur ces programmes doit être adéquate et uniforme. Le principe de l’accessibilité universelle doit être appliqué dans l’ensemble du réseau. Aussi, des mécanismes doit être mis en place pour évaluer les besoins et la qualité des services aux personnes en situation de handicap. De cette façon, il devrait être plus facile de faire reconnaître et mieux soutenir les personnes en situation de handicap.

Plus particulièrement, le PVQ veut en faire davantage pour la réadaptation des personnes en situation de handicap. Les dossiers doivent être traités rapidement avec un plan de service individualisé (PSI) pour assurer le traitement optimal. Aussi, les services spécialisés doivent être accessible rapidement.

Le soutien à domicile doit être bonifié pour pouvoir respecter le choix de la personne à rester à la maison. Ces services devraient être gratuits, de qualités et suffisants. Les travailleurs qui s’occupent de ces services doivent recevoir une formation continue et voir leur conditions de travail  améliorés.

Les familles doivent recevoir davantage de soutien de la part de l’état. Non seulement les services doivent être équitables et uniformes, mais le soutien doit mieux correspondre aux besoins.  Les familles devraient aussi obtenir plus de ressources et d’autonomie pour les gérer ainsi qu’un meilleur accès aux services. L’accès rapide à un service de diagnostic aiderait également les enfants.

Finalement, des mécanismes devraient être mis en place pour assurer que les budgets soient respectés et que les programmes soient élargis et harmonisés.

DROIT DES PERSONNES AVEC UN HANDICAP MENTAL

Le soutien financier, d'évaluations cliniques et de traitements pour les personnes handicapées au Québec ne fonctionne pas. Les personnes handicapées souffrent des listes d'attente interminables ou vieillissent sans jamais recevoir de thérapies nécessaires, en particulier pour les soins d’ergothérapeute ou d’orthophoniste. Cette situation accélèrent le transfert des patients vers le privé et témoigne du système de santé à deux vitesse qui s’installe au Québec. Le Parti Vert du Québec veut mettre un terme à cette tendance. C’est pourquoi nous proposons une série de mesure pour améliorer la situation de ces personnes au Québec :

Création d’un organisme de soutien et de surveillance

Les personnes handicapées auront accès à un organisme de réglementation qui aura le pouvoir de statuer si les délais de traitements ou l’aide matérielle et financière fait défaut. Si les évaluations ou les thérapies ne sont pas fournies dans un délai raisonnable, le gouvernement du Québec paiera directement ces services au secteur privé. Cet organisme serait aussi mandaté pour surveiller la qualité des traitements fournis.

Un gouvernement vert fournira de l'aide juridique aux personnes handicapées, à leurs parents, tuteur-trice-s et soignant-e-s que les droits et recours légaux de ces personnes soient compris et respectés. Les personnes en situation de handicap serait aussi sensibilisé à l’ensemble des services auxquels ils ont droit.

De plus, la Loi sur les soins de santé du Québec sera modifiée pour éliminer la disposition selon laquelle le droit au traitement est conditionnel à la disponibilité de ressources financières.

Formation des employé-e-s

Le Parti Vert du Québec veillera à ce que les premiers intervenants puissent mieux désamorcer ces situations de crise impliquant des personnes handicapées.

Services et délais

Le Parti vert du Québec veut rendre l'ergothérapie et l'orthophonie plus accessible à la communauté en lançant des projets pilotes, où les thérapies seront offertes à domicile. Le PVQ veillera à ce que tous ces traitements soit offert dans un délai raisonnable.

Les praticiens et les aides-enseignants de la thérapie d'analyse comportementale appliquée (ABA) et de la thérapie d'intervention comportementale intensive (ICI) seront maintenant assujettis à un cadre réglementaire au Québec. Les personnes ayant reçu un diagnostic de trouble du spectre autistique (TSA) occuperont des postes de responsabilité dans ce nouvel organisme de réglementation supervisant les thérapeutes de l'ABA et de l'IAB et les aides-enseignants.

Charte pour les les adultes et enfants ayant des besoins spéciaux

Le Parti Vert du Québec instaurera une Charte québécoise des droits pour les adultes et les enfants ayant des besoins spéciaux, assurant le soutien financiers réalistes et des échéances obligatoires pour les évaluations et les thérapies. Le droit aux thérapies prescrites est inconditionnel et sera inscrit dans cette charte.

Soutien scolaire et institutionnel

Les écoles, les EPP et les institutions chargées des soins et de l'éducation des adultes et des enfants handicapés fourniront des ressources pour les aides personnelles, la supervision et le soutien (transport, loisirs, hygiène, nourriture, abris et dispositifs adaptatifs incluant la mobilité, l'ouïe et la communication, appareils et prothèses) aux personnes handicapées si elles sont prescrites par un professionnel de la santé qualifié.

L'apport de fonds sera attaché à la personne handicapée et non mis en commun ou partagé au sein d'une institution ou d'une école à moins d'une permission spéciale avec la capacité ultime pour la personne handicapée, ou ses parents, tuteur ou soignant, de faire appel de la décision à l'organisme de réglementation.

Soutien financier

Les adultes handicapés et les familles (soignants et tuteurs) qui s'occupent d'enfants ou d'adultes handicapés recevront une allocation mensuelle qui couvrira de façon réaliste les coûts réels de nourriture, de logement, de thérapies, de transport et d'autres supports (appareils adaptatifs). Ces fonds seront fournis en fonction des recommandations d'un fournisseur de soins de santé qualifié et tiendront compte des prix plus élevés auxquels font face les collectivités du Nord québécois.

Parti Vert du Québec